Erios... L'archipel aux climats variés a beau avoir l'air paradisiaque au premier coup d'oeil, la vérité est toute autre... tout n'est pas rose sous les cocotiers !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Golden Helix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 18
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Golden Helix Sam 29 Oct - 15:45

Une étoile émerge, reluisant avec une force tant incroyable qu'elle en devient implacable. Elle éclaire dans son sillage les esprits obscurcis; ceux qui se perdent dans une spirale mélancolique engendrée par l'extinction d'un plus grand Soleil. Les rayons chaleureux du vôtre sillonnent les terres sablonneuses d'Australis pour la dernière fois en ce jour funeste. Mais l'aura de cette lueur salvatrice bénit l'avenir de toute une culture. Il n'y avait rien pour rendre ce jour imparfait, et ce, malgré le désespoir de leur cause. C'est un événement à graver sur une pierre noire. Et celui qui succède à ce dernier devra être écrit sur une pierre blanche. Un calme majestueux règne en maître absolu sur les âmes compatissantes présentes pour souhaiter un salut éternel à leur tête pensante. Si l'on pouvait croire à la fin d'une ère, il fallait aussi faire confiance à celle qui s'élèverait juste après. Le monde pleure, et le monde grandit. Ses songes se renforcent mais disparaissent en même temps. Le monde déprime, mais le monde mûrit...

... Tu n'as pas seulement subi la perte d'un de tes membres les plus haut-gradés. Tu n'as pas uniquement perdu un bâtiment important pour ta recette. Le soir tempétueux où la voûte céleste témoignait avant toi d'un sinistre sans précédent, le brasier du Destin emporta avec les cendres de son sillage une figure prometteuse. Une personnalité que tu n'auras même pas eu le temps d'apprendre à connaître. Une reine qui n'avait rien à envier, et qui savait tout faire pour assurer le meilleur à son peuple. Au diable votre fanatisme insolent, vous avez enfin compris que la valeur de la vie prévaut sur l'identité de votre déité hélicoïdale... Respectez l'achèvement de son existence et portez ses desseins jusqu'à une aube radieuse. Ne jouez pas aux victimes...

La moindre des choses qu'un monarque digne de ce nom puisse faire pour rendre hommage à un adversaire parti trop tôt au combat, c'est de venir partager son salut vers le paradis que ledit opposant souhaitait atteindre. Tu n'as jamais cru en rien de plus que tes ambitions. Les milliards de saveurs qu'offrent la vie sont bien trop excellentes pour que tu puisses penser à t'en priver pour une figure suprême. D'autant plus que tu comptes bien prendre ce piédestal pour toi; non pas pour une idéologie que tu t'entêteras à suivre jusqu'au bout du monde. Néanmoins... Si c'est ce dont les gens ont besoin pour espérer, alors qu'ils croient. Certains nécessitent un pouvoir immuable pour aller de l'avant. Et ce pouvoir leur sera procuré par tous les moyens possibles et imaginables. Il y en a qui ont de la chance... Toi, tu te contentes de croire en toi. Et ta conscience te suggère de souhaiter un repos bien mérité à la reine défunte. Mitsuki Iwako, chancelière de l'Ordre du Nautile... Tu es dégoûté de n'avoir que cette identité pour la saluer. C'est dommage... Tellement dommage... ! Ah, que la Fatalité peut être fourbe...

Râlant une énième fois dans une canicule où larmes séchées et sanglots tressaillants se confondent, tu pestes contre cette sale destinée qui t'aura voilé la Religieuse. Tu as traversé les océans enragés, les forêts tempérées et les déserts infernaux dans l'unique optique de pouvoir assister aux funérailles. Tu as fait fi du climat et du reste du monde pour une seule chose. Tu as bravé mer et terre jusqu'aux confins honorables de Bulacan, au sein d'Australis... Juste pour pouvoir respecter Mitsuki dans les premières heures de son sommeil éternel. La journée a été longue et fastidieuse, concernant celle de son enterrement. Mais encourir le calvaire du voyage t'avait préparé, ta patience était à toute épreuve. C'est enfin lorsque le crépuscule déroba une portion de l'horizon dans son territoire abstrait que les rites commencèrent... Il y avait bon nombre de ses loyaux et empathiques serviteurs, dont la plupart larmoyaient tristement au chevet de leur cheffe. Toi, tu étais resté dans les rangs du fond. Ils avaient aménagés la bâtisse pour que tu puisses tenir ton rôle de figurant à la perfection, loin derrière les devants de la scène...

... Où une apparence fétiche, mais pourtant remarquable faisait son apparition. Une cascade immaculée représentait sa chevelure. Les traits affinés de son visage embaumaient l'estrade d'un sentiment de réconfort pour tous les serviteurs du Fossile. Son regard, doux et aimant se faisait étrangement aussi perçant que celui d'un aigle royal... Elle dégageait un charisme inné, qui te faisait secrètement sourire en coin. Elle te rappelait égoïstement ton image. La seule différence entre vous deux, c'est que cette fille ne t'était pas inconnue pour autant... Isabeau Runefield, nommée chancelière à la suite du décès de son prédécesseur. La dénomination a été radicale et brève, mais les quelques soldats chargés de surveiller bien plus strictement les affaires de leur Église n'avait pas manqué de récupérer un minimum d'informations sur son compte. Il paraît qu'elle tenait une certaine réputation à Kalos, concernant ses talents au combat... Mais tu n'en sais pas plus.

La fille menait le discours avec une perfection ensorcelante. Si son but était de rassurer ses convives, elle avait même mieux fait : elle les avaient emplis de détermination. La chancelière savait gonfler les espoirs d'autrui, et au bon moment. Elle avait pris en main la perte de leur dirigeante avec une aisance surprenante... C'était donc elle qui allait remplacer Mitsuki ? Oh, tu trouvais ça intriguant... L'heure était venue où les préparatifs étaient achevés. Une dizaine de minutes avaient suffit à ensevelir le cercueil de feu Iwako, et chacun lui souhaitait ses vœux les plus tendres avant de quitter son lieu de repos d'un pas fort et sincère... La Lune perçait timidement à l'autre bout de Bulacan. Le Soleil, lui, était déjà englouti sous la frontière du paysage. Pourtant, lumière et obscurité bataillaient toujours pour dominer les cieux. Dans ce contraste abrupte entre clarté et ténèbres, tes pas résidaient en silence face à la tombe. Les bras croisés, tu souriais avec une délicatesse rare chez toi. Tes yeux se plissaient gentiment tandis que tu contemplais son refuge. Ce qu'en revanche tu ne captais pas, c'était la présence sournoise d'une certaine demoiselle... "... Merci pour tout." Soulignes-tu d'un murmure solennel, que Mitsuki entendra depuis son paradis, tu en es sûr.

Merci pour m'avoir fait don d'un tel spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Golden Helix Mar 8 Nov - 1:21

La véhémence était un trait de caractère qui ne s’exprimait que très rarement chez ta personne. D’un habituel calme et serein, tu te surpris toi-même de la violence de tes propos dans une situation aussi mélancolique. Il est admis qu’une émotion forte amenait souvent une autre dans son sillage et la profonde peine qui avait enserré, comprimé ta poitrine face à l’affliction d’une foule en détresse  avait eu pour effet de faire ressortir toute la frustration de ces derniers jours. Ce sentiment d’injustice qui te mettait hors de toi et qui parasitait ton esprit depuis que les médias avaient diffusé les nouvelles funeste survenues lors de l’intervention à la centrale. La ligue, coupable de tous les maux ? Ambrosia point mentionnée ? La mort d’Iwako reléguée à un banal second plan, ne méritant qu’une simple mention ? Si il y a une chose que tu détestais dans ce monde, c’est bien l’injustice. Et là, la société, ou plutôt ceux qui osent prétendre la diriger avaient commis la péché qui ravivait en toi la flamme de tes convictions. Tout comme les nobles auprès desquels tu avais grandi qui prenaient leurs domestiques pour des moins que rien, ceux d’en haut s’adonnaient aux joies de la manipulation des individus dont ils étaient censés assurer la transparence. Les hommes de pouvoir étaient bien tous les mêmes, abusant d’une autorité incontestable pour biaiser les pensées du peuple et donc altérer de façon méthodique et quasiment irrévocable l’opinion publique et donc la vérité.

Contester l’incontestable. Dénoncer ce que les petites gens ne pouvaient se permettre de penser sous peine de sanctions, parfois implicites certes, mais néanmoins présentes. Renverser un pouvoir malsain et archaïque pour restaurer la Justice, telle était la mission que tu t’étais confiée en fuyant le domicile familial, devenu miniature représentative du monde telle qu’il était aujourd’hui. L’Ordre avait été une solution des plus évidentes pour toi. Si les mythes et légendes n’étaient pour ta personne pragmatique que des mythes et légendes et non une vérité absolue, les idées véhiculées par l’église étaient en adéquation totale avec ta propre idéologie et t’avaient donc immédiatement séduite. A à peine dix ans, tu t’étais déjà trouvé une seconde famille, une vraie famille dans laquelle tu ne te sentais plus oppressée, ni complexée par ta différence,  juste égale aux autres. Et ça, tu le devais à l’Ordre du Nautile. On avait beau le pointer du doigt, l’insultant de secte, l’endoctrinement présumé n’était vécu que par les personnes extérieures de l’Ordre. Jamais personne n’avait rejoint le culte contre son gré. Au contraire, l’Ordre avait pour but d’éveiller les peurs et pensées cachées dans le cœur des gens et leur offrir une place où leurs vrais désirs pouvaient être un jour exaucés. Et en tant que nouvelle Chancelière sur Erios, tu allais poursuivre inlassablement ce but jusqu’à ce que justice soit faite, qu’importent les obstacles se dressant sur ton chemin.

Le premier étant la confiance en toi face à un Ordre en deuil. Tu ne pouvais prétendre en cet instant remplacer pleinement le soleil qu’était Mitsuki à l’Ordre. Au meilleur des cas, tu n’étais qu’une étoile qui se situait encore à des années lumières de ce qu’avait été l’Elue comme on l’appelait encore.
Pourtant, ton discours, aussi engagé soit-il, semblait avoir été bien reçu de la grande majorité des fidèles. Ou du moins, aucune vague de protestation ne se fit entendre ni pendant que tu parlais ni durant les instants suivants. Ta conclusion plus modérée portée sur un espoir renaissant avait peut être fait réfléchir certains réfractaires. Enfin, s’il y en avait, ils ne s’étaient point manifestés. Ce qui était déjà un bon point. Une fois ta tirade finie, tu étais descendue parmi la foule pour recueillir en ton sein les témoignages larmoyants des uns, les peines insupportables des autres, partageant avec tes pairs et la plus grande sincérité toutes les émotions qui leur traversaient l’esprit et qui ombrageaient leurs cœurs. Dans le seul et unique but d’alléger leur conscience. Encore une fois, tu perçus à quel point Mitsuki Iwako avait apporté à l’Ordre malgré son taux de présence déplorable. Cette femme était une dirigeant née, la certitude n’était plus à démontrer.

Voguant parmi les vagues successives de personnes qui se pressaient à rendre un hommage sur la dernière demeure de la défunte, tu remarquas dans le fond de la foule une personne se démarquant drastiquement des autres. Il semblait être plus grand que les autres. En tout cas, le charisme qui se dégageait de son être lui donnait l’impression de surplomber tout le monde. Tu ne le remarquas qu’un instant avant d’être sollicitée par une fidèle et tu fus contrainte de détourner le regard. Pourtant, même après tu continuais de jeter des coups d’œil vers là où il se trouvait, immobile.

Bientôt, Mitsuki fut enterrée et la cérémonie prit fin. Chacune des personnes présentes commençait à prendre le chemin du retour. Le retour vers une vie normal sous l’œil avisé d’une Mistuki qui restera présente dans le cœur de chacun. La foule éparpillée, il ne restait que peu de personnes près du tombeau de la Chancelière quand le crépuscule tomba. Parmi ces dernières se trouvait l’homme que tu avais aperçu plus tôt. Les derniers rayons du soleil se reflétaient à merveille sur sa chevelure de feu courte. Les beaux traits de l’homme à la stature toujours aussi imposante qu’à ta première impression étaient totalement détendus, seuls ses yeux entrouverts trahissaient quelques rides. Tu t’approchas doucement de lui, curieuse qu’un inconnu ne s’attarde autant sur la tombe d’une figure d’une religion à laquelle il n’appartenait pas. Car oui, cet homme ne faisait pas partie de l’Ordre du Nautile. Mais il ne semblait même pas ressentir ta présence. Il fixait l’ultime demeure de la défunte, comme enfermé dans une bulle intime dans laquelle personne d’autre à part lui et la Chancelière  n’existait. C’est alors qu’il murmura quelque chose. Trois mots. Trois petits mots épris d’une sincérité des plus honnête. Nul besoin de te forcer pour te laisser envahir par le ton solennel de sa douce voix, par les émotions qui le traversaient en ce moment-là. L’homme était peiné, terriblement. Tu ne pus retenir une larme face à une telle pureté dans les sentiments.

- Vous étiez de sa famille ?

Tu brisas au bout de quelques minutes d’une voix douce et apaisante, sans toutefois totalement cacher ton émotion, le silence dans lequel vous vous étiez mû Lui dans sa prière silencieuse et toi dans ton admiration devant un tel être.

- Je suis désolée, j’ai entendu ce que vous avez dit. Ce n’est pas très poli de ma part de vous déranger comme cela mais… Je me demande que genre d’homme peut bien rendre un hommage aussi poignant à Mitsuki en seulement trois petits mots, sans faire partie de notre communauté.

Sans oser t’approcher plus de l’homme, tu réitéras ta question sans être insistante dans le ton de ta voix.

- Vous étiez un proche de Mitsuki ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 18
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Golden Helix Jeu 10 Nov - 7:20

Plus rien ne t'affectait. Tu n'appartenais plus à cette réalité, et pas la moindre contrainte n'allait te faire ployer le genou. Dans ce monde, tu n'existais plus... Tu te sentais ailleurs, bien ailleurs. Dans un cauchemar de solitude où tu marchais inlassablement, tu te promenais savoir comment sortir de ce traquenard infernal. Tes pas semblaient traînants et ton esprit engourdi. Pourtant... Tu ne t'es jamais senti aussi bien de toute ta vie. Parce que dans le silence absolu de ces ténèbres qui t'encerclent, il n'y a que le son de ta propre voix pour te tenir compagnie. Parce que tu te rends symbolique, et que tu fais d'une subtile métaphore le moindre de tes gestes, tu parviens à te tenir compagnie. Dans un univers où tu ne vois pas ni n'entends, au moins tu ressens. Tu finis par clore tes paupières, avec ce fameux sourire confiant et même fraternel aux commissures des lèvres, garantissant à Mitsuki que sa mort ne sera jamais vaine pour qui que ce soit. Ta pensée transcendera la Vie pour lui communiquer tes souhaits, tu le sais. Et, à l'instar d'un ancien Roi aux pupilles ambrées... Tu feras ce qu'il faut pour la rendre fière.

Une vague sensation de solidarité t'envahit, et se propage en toi sous la forme d'un petit frisson qui ne manque pas de te faire bomber bravement le torse face à l'horizon aux couleurs du crépuscule. Un orange terni se profile sur la voûte céleste, et se dégrade jusqu'à devenir un bleu marine inachevé. Dans ce bain d'Idéal et de Réalité, les étoiles brillaient déjà de mille feux. Les cieux se poussaient encore à encercler le refuge d'Iwako de leur bénédiction, et galvanisent finalement le reste du cimetière dans un jeu de lumière implicite et agréable. Tu sentais une douce fantaisie émaner de l'endroit, et rendre la vérité bien moins triste... Mais ce qui t'arracha un soupçon de stupeur, c'est cette fameuse personne qui profita de ton inattention pour t'épier en silence. Une voix tendre et nimbée d'une douceur unique te parvenait. Vraisemblablement, tu l'as déjà entendue très récemment; tu n'as même pas besoin de te retourner pour savoir de qui il s'agit... Ton rictus s'en élargit tant il en est ravi, et tu lui accordes un beau regard, ta frange volant au vent pour scinder ton front en deux. Tes yeux libéraient la furieuse splendeur de tes pupilles carmines, et elles venaient instinctivement affronter l'opale de ses prunelles si attachantes.

La chancelière était une femme de charme tout autant qu'elle était une femme de force. Il n'y avait rien pour la mettre à mal tant elle se complétait elle-même. Tu te souviens de cette vigueur qui l'animait, de cette motivation avec laquelle la belle relevait la détermination des uns et le bonheur des autres... C'était une oratrice en or; mais... Il fallait croire qu'elle était beaucoup plus sensible qu'il n'y paraissait. Tu soupiras un brin de rire insouciant, avant que tes bras ne se délient pour qu'une main se saisisse de ta hanche. Tu penches ton minois sur le côté, décontracté et léger comme tout, puis tu tends ton autre paume jusqu'à son visage... "Chancelière, vous n'avez pas cédée du début à la fin... Si vous tenez à laisser vos larmes s'exprimer pour vous, alors c'est le moment. Il n'y aura peut-être pas de moment plus précieux que celui-ci pour vous le permettre..." Avec l'arête de ton index, tu poursuivis d'un geste fin jusqu'à effleurer sa joue larmoyante. Tu y récoltes la perle de ses émotions, et remonte jusqu'à sa pupille lentement, sans la brusquer, afin de la lui dérober. Puis tu ravises cette goutte étrangement puissante tant il n'y avait qu'elle pour t'inspirer les sentiments qui pouvaient occuper la Runefield.

Ton timbre de voix s'était embaumé de chaleur et de réconfort. Tout le monde avait droit à un moment de répit ce soir, et s'il te fallait être l'épaule sur laquelle la Reine de la Spirale devait se reposer, tu allais accepter ce rôle. "Laisser libre cours à ses émotions est une chose... Leur donner du sens en est toute une autre. Je fais de la compassion que vous m'avez instigué plus tôt et de ma peine le premier et dernier salut que je rendrai à notre chère Mitsuki..." Obnubilé par cette larme alors que tu répands ton affection pour les émotions humaines, tu finis par la serrer dans le creux de ta main avant de flanquer ce poing solennel contre ton cœur. C'est là et seulement là que tu daignes relever les yeux pour percer ceux d'Isabeau, bardé ton implacable assurance. "Néanmoins, vous me sembliez davantage parée à vous déchaîner ce soir plutôt qu'à fondre en larmes..."

Et puisque tu n'avais plus ce discours philosophique à tenir, tu revenais à une simple intégrité. Tu narguais la Reine de ta prestance, alors que la moitié de la nuit t'englobait déjà dans le panorama. Pourtant, tu paraissais infiniment plus vrai sous cette clarté obscure plutôt que sous le joug d'un Soleil persistant... Ta crinière écarlate continuait un peu de s'élancer aux normes de la brise, fraîche et possessive, avec laquelle tu n'étais même pas prudent. Si tu es attentionné en ce moment précis, c'est bien envers Isabeau... Dans ces ténèbres illimitées, tu accueilles une étoile. Et paradoxalement, tu ne tiens pas à la suivre... Au contraire. "Dîtes-moi ce qui vous attire ici, très chère. Peut-être pourrais-je vous aider à en comprendre le sens..." Tu cherchais à la guider sur tes pas...

... Et pour ce faire, tu t'inclines galamment en avant, laissant les finitions de ton manteau suivre à leur tour le zeste de folie du vent, alors que ta silhouette s'en affirme de plus belle. Tu parais svelte, mais lourd d'une sagesse absurde. Il était difficile de savoir si tu te moquais, ou si tu étais encore sincère. Et dans cette confusion que tu t'imaginais, tu finis par quitter cette révérence, avide de ce bleu blanchâtre caractérisant cette œillade unique. À chaque fois que tu l'avises, ton visage se relaxe et tes attraits décalquent une expression de réjouissance courtoise. Et il y avait cette cascade pure et immaculée pour coiffer la femme, qui prenait alors des atours presque mortels... Mais la Mort, tu l'as côtoyée et tu as flirté avec elle. Tu sais ce qu'on dit à son sujet... "Je me demande réellement ce qu'un charme de votre acabit peut bien faire ici, aux côtés d'un parfait inconnu, lorsque ses frères et sœurs de pensée sont déjà rentrés chez eux. Je ne vous le cache pas..." ... La Mort est enjôleuse. "Vous m'intriguez, Isabeau."

On voyait un homme et une femme. Les rivaux bataillant jusqu'au Chaos, les âmes dansant intimement ensemble. Il faisait beau, et ils étaient radieux. Il était tard, et ça n'était que le début...

... Il y avait un Roi et une Reine qui cherchaient à se comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hey, regarde !
Contenu sponsorisé vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !



PROFIL
RPGHey ! Moi c'est Contenu sponsorisé et ici, je vais te parler un peu de


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Golden Helix

Revenir en haut Aller en bas

Golden Helix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Golden Demon: Games Day
» Projet Golden Demon Allemand
» Cinquième édition du Golden Month of Hobby
» Trash To Cash II : A Golden Night
» BlackBeard - The Golden Age of Piracy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Sylphium ::  :: Bulacan-