Erios... L'archipel aux climats variés a beau avoir l'air paradisiaque au premier coup d'oeil, la vérité est toute autre... tout n'est pas rose sous les cocotiers !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Lun 18 Juil - 15:32

À chaque conte son antagoniste. Et la fantastique histoire d'Erios aux atours tragiques possède bien le sien. Le Mal qui sévit dans les boyaux imaginaires de l'archipel n'a jamais cessé d'être attisé par la moindre once de malice exprimée ici et là. Et pour diriger ce fameux Mal... Il faut non pas se munir d'une main de fer; mais bien d'or. L'éclat pur et chatoyant du symbole même de la bonté s'est si souvent révélé être un synonyme de la corruption, que seuls ceux au vécu significatif en connaissent la teneur. C'est un splendide paradoxe qui façonne une bonne part de la civilisation... Et c'est pourtant la vérité. L'irrépressible destinée que le comportement humain se scelle à suivre inlassablement; motivé par toutes les facettes de l'or. Il se sert du reflet divin mais imparfait de ce dernier pour maquiller son égoïsme et sa soif indomptable de vices divers et variés en semblants de charité et de générosité. L'or, sous toutes ses coutures, n'a jamais apporté rien de plus que le Mal. Beaucoup l'ont déjà compris; pour ne pas dire tous; et c'est pourtant sans honte qu'on laisse l'or se prélasser sur le monde entier.

Il est néanmoins de ces personnes aux ambitions redoutables qui font montre d'un savoir-faire suprême. Réunissant les qualités nécessaires pour servir leur propre cause ou celle de tout un Univers; parfois choisissant de diriger le pouvoir qu'ils contrôlent dans les rafles à travers un R; dans les océans à travers un A ou bien dans les terres avec un M... Tant d'autres éventualités qui n'ont guère besoin d'être citées, car l'idée est là : d'un tracé souverain, certains ont su remanier le Destin, simplement parce qu'ils le voulaient. Au lieu de se fondre dans la banalité du monde, ils se sont dressés et ont provoqués autant de catastrophes que de miracles. Ces Élus au cœur noir sont si rares, de nos jours...

... Et toi, tu es là pour redorer le blason de cette lignée de Géants. Ouvre silencieusement tes yeux, détaille le paysage qui t'entoure; brandis la fierté qui se lit dans ton regard, sur lequel prime néanmoins la sévérité de ton avisement. Tu t'éveilles dans les Ténèbres qui t'ont accueillies si chaleureusement; ces Ombres mêmes qui règne en absolution sur ces landes au climat contrasté. Un fin sourire mature fend les commissures de tes lèvres, alors que tu te sens renaître sous un nouveau jour... À toi de choisir s'il doit être rendu obscur, ou si la clarté de sa beauté naturelle peut subsister plus longtemps.

Tu finis par quitter le siège où tu croupissais sagement, abandonnant tes attraits de statue oubliée... Et tu atteins, en parcourant cette salle vide, le vitrail de ces lieux secrets. La baie de verre s'étend d'un bout à l'autre, se qualifiant de mur invisible que tes yeux fermes et écarlates transcendent sans plus tarder. Ton cœur s'emmitoufle dans un vétuste manteau de réconfort auquel se mêle quelques tissus d'excitation, et tu n'empêches pas ton sourire de croître à sa guise. Pourtant, ton visage conserve une sculpture royale et très affinée... Tu réfléchis à tous ces efforts accomplis, à tous tes exploits inconnus et à venir; à tout ce qui t'a permis de gagner cette place et de mériter un titre aussi craint que respecté...

... Tes mains se joignent au bas de ton dos, qui s'aplanit pour se dresser plus solidement et bombant ainsi ton torse. Le menton bas, tu es la caricature illustre de l'arrogant maître en devenir... Toutefois, nous savons pertinemment que si tu te prétends à tant d'impétuosité... C'est que tu en as les moyens. Ta mèche rouquine t'embellit d'un incognito incertain, puisque les cheveux rebelles couvent la moitié de ta lugubre œillade omnisciente, et tu ressens un doux frisson faisant écho au plaisir que ton bon retour t'inspire... Tu concèdes un brin de rire atténuée entre tes pâles lèvres, alors que tu réhausses une intonation leste et suave. Tes paroles subtiles emplissent la pièce d'une façon ou d'une autre, à mesure que ce sentiment de fiévreuse tension te tord d'amour; un zeste de folie s'éprend de toi, et tu dégages ton bras droit d'un geste impératif. Ton long trench-coat épouse le mouvement, se dévoilant comme le ferait une cape en découpant ta silhouette à l'image d'un héros ombrageux. Cet élan théâtral ne s'arrête pas là...

... Ta main répand ses lois sur autant de distance qu'elle le peut; chaque phalange s'étirant jusqu'au possible, alors que d'une façon ou d'une autre; dans cette aveugle atmosphère se démarque le scintillement parfait d'un gant doré. Ta main droite s'en est armée, parce que tu adores la symbolique. Et pendant que tu observes précautionneusement le déroulement de tes ordres en bas de la vitrine, tu libères enfin les mots qui allaient introduire la suite de cette épopée...

"... Me voilà de retour. J'espère ne pas trop vous avoir fait attendre..." Affirmes-tu en premier lieu, ricanant subrepticement avec une souple allégresse. Mais tu n'allais pas rester aussi longtemps impoli... Tu appréciais l'existence de l'autre protagoniste. C'est donc en tournant les talons aux activités préventives de la Team Ambrosia, tapie dans les bas-fonds de cette base improvisée -tu sais bien qu'ils se débrouilleront très bien sans tes prunelles pour les planter-, que tu reportes deux iris débordants d'une malsaine amabilité sur autrui. "Le test peut enfin commencer."

Midas est là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Mer 20 Juil - 23:49

L’installation était cossue. Un bureau de grande taille qui permettait grâce à un vitrage extrêmement bien ajusté de surplomber tous les larbins qui travaillaient plus bas. Pratique quand on sait que ces foutus pions sont rarement capables de mettre un pied devant l’autre sans s’emmêler les panards. Cette vue donnait cette impression de puissance au chef, suffisant sa propre suffisance et le persuadant toujours plus de valoir mieux que ceux qui ont avalé ton idéal sans trop se poser de questions. Le bureau était de ceux qui étaient démesurément longs. D’un ovale très allongé, l’espace de travail en était que restreint et la proximité de deux interlocuteurs assis s’en trouvait dérangeante. Mais bon, ce genre de bureau n’était pas fait pour le travail, tu le savais bien. Il faisait chic, c’était tout ce qu’il te fallait. Bien sûr, les bordures dorées ne faisaient que renforcer ce côté décoration. Outre la table, les quelques meubles de très bonne manufacture bourrés de paperasse  te remémorait des choses. Ces meubles tiroirs gris bourrés de rapports peu importants que tu n’auras au final jamais lu. L’ensemble était très moderne, sobre, un poil kitsch par cet or affiché de partout, mais définitivement, ce bureau te rendait nostalgique de ce que tu appelais toi-même la bonne époque. Tes propres appartements te manquaient. Tu finissais même par regretter tes pauvres sbires débiles et sous-entraînés.

Enfin tu n’étais pas là pour ça. Tu étais là pour admirer ce qu’était cette fameuse Team Ambrosia. L’organisation qui avait installé toute une contrebande sur l’Archipel d’Erios. En toute discrétion, la base. La question que tu te poses c’est « mais jusqu’à quand cela va durer ? ». L’île est toute récente et désorganisée, il fallait prendre le pouvoir avant qu’elle ait le temps de s’élaborer plus que ça.
Mais ce genre de réflexions, tu les laisses au chef, celui qui gère, celui qui a le pouvoir. Lui seul décide de comment il gère son truc. Et ce chef, justement, tu le détailles. Tu es là pour ça après tout. De dos, il a tout d’un mégalo. Sa cape dépasse de sa chaise alors que ses mains gantées dans de l’or sont posées sur les accoudoirs du fauteuil. Son dossier est trop haut pour pouvoir voir plus. Déjà, tu ris un peu dans ta barbe. Un accoutrement aussi excentrique ne présage jamais rien de bon. Un excès de confiance en soi très mal dissimulé, rien que le peu que tu avais vu te faisait frémir. Serait-il digne d’hériter d’un empire ?

Enfin, tu fus repéré, l’autre se retourna doucement vers toi et bientôt, il te fit face. Toi, tapis dans l’ombre du coin de la pièce, il ne pouvait que très mal distinguer ton visage. Toi en revanche, tu pouvais enfin voir le visage du dit Midas. Un jeune homme. Tu ne savais pas trop quoi penser. D’un côté, tu étais assez hésitant. Un jeune s’habillant d’une manière qui pouvait trahir un caractère imprévisible ne te laissait pas indifférent. Le contrôle se fait de manière modérée et calme, un jeune trop impulsif pourrait voir son empire s’écrouler sur une mauvaise décision prise trop précipitamment. D’un autre côté, il pourrait apporter de nouvelles idées, profiter de l’intelligence et de l’imagination des jeunes pour amener à bien ses desseins. Finalement, tu ressors curieux de cette première approche. Un poil pessimiste, mais curieux. La relève était-elle assurée ?

Il t’apostrophe. Il est gentil, il s’excuse. Des excuses faussement sincères, mais en ton fort intérieur, tu ris. Le test peut commencer qu’il dit. C’est mignon, on dirait qu’il sort de l’école. Mais bon, tu ne te laisses pas déconcentrer.

« Le test est déjà commencé petit. Tu as mis dix-sept secondes à remarquer ma présence, sept de plus pour te retourner. Il t’aurait fallu deux secondes de plus pour dégainer une pokéball, une pour le faire sortir et une pour donner un ordre. J’apprécie l’effort de mise en scène, mais si j’étais un ennemi, tu serais déjà mort, Midas. »

Tu avances un peu, laissant paraître le bas de ton long manteau de cuir noir, assorti au pantalon de la même couleur. Seule ta tête reste dans l’ombre, le blanc de tes yeux ressort peut être un peu, et ton sourire peut se faire voir, sans plus. Les boutons du manteau sont noués, du bas jusqu’au milieu du torse. Là, il s’ouvre en V jusqu’au col. La veste de costume noire que tu portes est donc apparente. Elle noué jusqu’au cou, et elle ne laisse juste dépasser que le col de ta chemise blanche, parfaitement bien ajustée. Pas de cravate ni de nœud papillon. En revanche, sur ta veste de costume, tu as bien laissé en valeur le R rouge brodé au niveau du cœur. Après tout, tu n’étais pas n’importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Jeu 21 Juil - 19:34

Il y a tant de choses en ce monde qui te séduisent... Les apparences comptent, comme tout humain imparfait avec ses égoïstes préférences qui se respecte, et si tu as un faible pour la symbolique... L'ironie te charme d'autant plus. En cette obscure soirée, où la décision même de ton avenir est en jeu; le hasard aura bien fait les choses. C'est dans un climat ténébreux, chargé d'une tension palpable où l'intrigue est libérée des barreaux de la raison pour que se rencontrent les Grands Esprits. Ta mise en scène transpirait la théâtrale extravagance dans laquelle tu te vêtis et où se confondent tes émotions; tu deviens ainsi maître suprême de tes états, et tout est réfléchi. Tu te ravissais des réflexions qu'on daignait t'accorder, et t'armais davantage d'impétuosité pour faire face à la menace factice.

Un pas un avant, suivi d'un autre, puis d'un troisième; tu raccourcis la distance avec l'étrange silhouette avant de ponctuer ta médiocre avancée par un semblant de rire noble, atténué par le malicieux rictus pendant à tes lèvres. D'une façon ou d'une autre, le mélange des ombres se peaufine et les nuances se diversifient; chacun des protagonistes trouve une manière de se dévoiler un peu plus à l'autre. Sage et sûr de toi, rien dans les mots ni dans la manière de l'intrus n'allait te faire vaciller. Et si ses remarques trouvent un chaleureux refuge au creux de tes tympans... Elles ne provoquent chez toi qu'un vague frisson d'engouement, bien évidemment contenu et étouffé derrière ton masque de placidité absolue, tandis que tu balades une œillade analytique sur toute la forme de l'homme...

... Et il ne t'avait pas fallu bien longtemps pour en tirer une déduction invraisemblable. Tu aimais aussi les surprises. Le fruit de l'union entre l'inattention et autant de sensations qu'on voudrait ajouter à ce mariage insoupçonné... C'était la recette de ton pêché mignon. Le rutilant détail qui accrocha ton regard, plissé avec intérêt pour l'occasion, se démarquait de tout le noir qui s'assortissait sur l'être voilé par la pénombre de ton propre terrain. Ton sourire ne pouvait que s'affiner plus longuement, ton faciès dépeignant cet abus d'assurance que tu voulais pour première facette, alors que tu croises enfin les bras contre ton poitrail. Ton manteau s'élançait en arrière, permettant ainsi de décrire le sobre pantalon surmonté par le noir vêtement sur lequel était rajouté un col serré de bon goût tout autour de ton cou.

La dorure de ta main droite reluisait inexorablement dans l'obscurité, refusant de se laisser engouffrer dans ce vaste océan d'aveuglement malsain. Et on pouvait comprendre, maintenant que tu étais le plus à jour possible, toutes les impressions qui se dégageait de ta personne... Qu'on te voie comme un jeune fou, un homme bondé d'expertise; un stratège rassurant ou un simple arrogant... Tout t'allait. Tu pourrais porter tous les noms de l'Univers, s'il le fallait. Et c'est bien ce qui t'avantagerait. Tu n'as aucun désir ardent à faire manifester au plus vite, alors qu'importe ce que l'on peut surprendre chez toi.

"N'en soyez pas si sûr, très cher..." Introduis-tu en premier lieu; la froideur de ta voix se voyant frappée d'un puissant paradoxe quand les oreilles traduisent un sentiment d'insouciance. "... Je ne me vante pas d'être Midas pour rien. Tout change avec moi, chaque situation n'est jamais la même... Ne pensez pas m'avoir avec aussi peu de prétextes. Néanmoins... J'aime votre esprit. On ne m'avait jamais parlé de vous plus personnellement...

... Giovanni.
"

L'ancien parrain de la Team Rocket, célèbre à travers le monde entier, et pire encore à Kanto et Johto. Inutile de préciser que dans le milieu de la pègre, il était indispensable d'au moins connaître son nom et les grandes lignes de sa décadence... Une telle légende n'avait pas coupée à ton insatiable curiosité. Mille et une rumeurs ne t'avaient pas suffi, et ton titre de Roi Doré te permettait de vaincre le mensonge pour mieux connaître ton domaine. Quelques grands noms étaient momentanément tes modèles... Mais, qui sait si lui en était une ?

"Pardonnez ma prétention, malgré tout..." Rajoutes-tu en baissant les yeux clos, dans une moue amusée et tout à fait sarcastique. "... C'est-à-dire qu'après votre disparition, il devenait bien ardu de vous considérer encore comme une menace. Et si jamais je vous voyais ainsi..." Le filet affûté et brillant d'un acier subtilement forgé transcende la pièce; un véritable faisceau de lumière argentée brise la distance vous séparant... Alors que le bruit si caractéristique d'un coup de poignard raté retentit dans le bureau. Une dague venait tout juste de filer à côté de ton interlocuteur; frôlant son épaule sans l'abîmer du tout et partit se figer dans le mur au fond... Pendant que tu rangeais tes mains dans leur croisement de bras habituel. "... Je vous assure que j'aurais été bien plus sérieux." Articules-tu finalement en souriant de plus belle, fier de ton tour que tu espères surprenant, bien que le résultat t'importe peu, en vérité. Malgré tes agissements effrontés... Tu ne peux t'empêcher de répéter le nom de Giovanni dans ta tête. Et un esprit avisé saurait assurément lire la pointe de respect culminant au bout de ton regard souverain.

"Ainsi, c'est un véritable mythe qui vient me tester... Qu'attendez-vous de moi, au juste ?"

Dîtes ce que vous voulez...

"... Je n'ai qu'à penser quelque chose pour que cela devienne réalité."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Ven 22 Juil - 18:39

La tension que seuls les Grand pouvaient créer entre eux était palpable. Il s’était approché de toi, lentement, d’une démarche théâtralement suffisante. De ses yeux, il t’avait détaillé de la tête aux pieds. Enfin, ton visage restait dans la pénombre. Inutilement, bien sûr, car tout avait été laissé apparent pour que ton vis-à-vis ne devine ton identité. Mais comme lui, tu avais un souci pour la mise en scène. En revanche, tu remarquais également ton erreur. Midas ne s’affublait pas d’une cape, son long manteau qui dépassait de sa chaise t’avais induit en erreur. Ton jugement s’en retrouvait légèrement remis en question, mais tes intimes convictions n’avaient pas encore été ébranlées. Tu demandais à voir.
Il s’était arrêté tout près de toi, ne prêtant aucune attention à l’espace vital que tu aimais t’accorder lors de discussions. Prévisible, tu ne rendais pas visite à n’importe qui, mais tu sentis quand même une veine palpiter sur ta tempe quand ce dernier franchit la limite invisible. Vos épaules pouvaient presque se toucher. Tu sentais même le mince filet air qu’il expirait dans un calme parfaitement contrôlé. Son regard pouvait aisément surplomber ta silhouette. Ta carrure trapue ne t’avait jamais honoré d’une taille extraordinaire. Tu restais tout de même dans une certaine moyenne, mais non, tu n’étais pas bien grand. Tes épaules en revanche, étaient plus larges que la silhouette longiligne de l’autre. Chacun utilisait les atouts offerts par sa physionomie pour dégager l’aura la plus dominante possible. Mais toi, tu ne te laissais nullement intimider. Tu levais les yeux vers les siens, mais jamais la soumission ne transparut dans ce mouvement. Tu le faisais par respect de la personne en face. Tu faisais comprendre que tu le considérais, sans pour autant lui céder. Que la guerre n’était point dans tes intentions. Tu voulais juste discuter aussi calmement et sereinement que pouvait le faire les deux fortes personnalités qui constituaient les deux partis. Dans cette atmosphère de défi mutuel et de tension perpétuelle que n’importe quel homme lambda trouverait extrêmement lourd à supporter. C’était un jeu de codes que seuls ceux qui jouaient connaissaient les tenants et les aboutissants. L’incertitude entre ce que l’on décidait de montrer et les intentions que l’on préférait garder pour soi. Le désir réciproque de vouloir écraser l’autre sans provoquer un bain de sang. Car au niveau où l’on jouait, le moindre écart était fatal. Tel était le fardeau des gens élus par la Providence de l’ambition et du pouvoir. La confiance était une notion trop incertaine pour pouvoir la considérer tandis que la méfiance se devait d’être modérée. Tomber dans la paranoïa était signe d’une décadence prochaine et certaine. Tant de choses se devaient d’être gérées simultanément. C’était pour cela que les élus ne se faisaient que trop rare. Et toi, ce que tu cherchais, c’est bien à trouver ces élus. En l’occurrence, voilà que tu avais trouvé un prétendant au titre.

Les bras croisés dans ton dos, le torse bombé et le dos droit, silencieusement, tu l’écoutais. Chacun de ses gestes étaient analysés, chacune de ses paroles décantées. Tu bois ses paroles, attentionné, tout en laissant paraître un infime dédain dans ton rictus. Tu amorces même une petite esquive quand ton vis-à-vis lance sur toi un poignard. Un geste que tu notes parfaitement exécuté. Juste pour impressionner. Car si tu n’avais pas fait un subtil mouvement latéral de ta tête, ta joue serait en ce moment même légèrement entaillée. Assez pour que ton propre sang ne vienne couler sur tes pommettes. Tu souris devant le cran de Midas, mais ta mâchoire restait serrée. A part ça, tu étais bon public, tu ne le coupais pas. Tu restais de marbre face aux affronts que l’autre plaçait plus ou moins subtilement, mais en toi, ça chauffait quand même un peu. Il n’était pas spécialement dans le tort, mais il existait d’autres moyens de le flatter.
Tu attendais sagement qu’il eut fini sa tirade pour passer à l’acte suivant. Bien entendu, le « mythe » sincère que l’autre t’attribua te fit chaud au cœur. C’est avec les lèvres étirées en un large rictus que tu entrepris de répondre d’une voix calme et posée.

« Et bien, si Midas n’était que vanité, vous comprendriez que ma présence ici n’aurait aucun sens si je la prolongeais. Toutefois, permettez-moi d’avoir quand même quelques doutes à ce sujet. Vous me semblez bien sûr de vous. Bien qu’il est à mettre à votre honneur que vous ayez réussi à vous installer sur cette île, même si les conditions ne vous ont facilité la tâche, qu’on se le dise, il est très désagréable pour mes oreilles d’entendre autant de suffisance et de confiance en vous. Voyez-vous, l’imprévisibilité est une bonne chose pour des personnes de votre rang, modérée bien entendu, car il faut que vos subordonnés puissent suivre vos décisions. En revanche, l’imprévu l’est moins. L’excès de confiance peut vite vous mener au bord du précipice. Je parle bien sûr d’expérience. Tout était sous contrôle, l’empire était établi, aucune autorité n’avait de pouvoirs sur moi. Mais il fallut que la témérité d’un gamin trop longtemps sous-estimé ne vienne t’entacher la réputation de la Team Rocket et provoquer son déclin. La preuve en est, vous ne me jugez que part le Boss déchu des Rocket, et ne considérez guère comme menace potentielle. Le conditionnel n’est que fatal dans sa symbolique Midas. Que d’erreurs... d’erreurs. »

Tu fis une pause, d’une part pour encaisser l’échec de toute une vie toujours pas digéré, d’autre part pour permettre à Midas de juger de lui-même le danger potentiel qu’il pourrait être pour lui-même. C’était surement l’avertissement le plus difficile à avaler, surtout pour un gamin comme lui. Une réaction était attendue en conséquence, mais il fallait poser les bails. Jouer carte sur table d’entrée de jeu était une chose que tu appréciais. C’était le business qui le voulait également. Tu arquas un sourcil pour juger la réaction de l’autre avant de continuer.

« Bien entendu, ne voyez aucune animosité dans cette déclaration. Je ne cherche pas ici quelconque conflit. Mais je tiens à m’assurer que vous formerez une meilleure relève que d’autres avant vous. Je tenais à vous rencontrer car vous sembliez de loin embrasser une ambition bien moins surnaturelle que ces éphémères autoproclamées Team Magma, Aqua, Galaxie ou autres. Mais l’égo que vous m’offrez me rend très incertain. L’ambition est une bonne chose, vous vous devez d’en avoir, mais il ne faut pas céder au piège de la tentation. Je me mets sur le crédit de la jeunesse. Nous l’avons tous été, mais en tant que chef, il vous faut grandir pour conquérir vos subordonnés. Aussi… »

Tu abaissas ton chapeau sur tes yeux, ton sourire commençait à dévoiler tes dents parfaites et blanches.

« C’est un coutelât de très belle manufacture que vous m’avez présenté là, il aurait été dommage de la salir de mon sang de Déchu. Permettez-moi donc de vous la restituer. »

Derrière toi, dans la pénombre, deux yeux luisaient à hauteur de tes hanches. Deux yeux blancs dont la pupille rouge n’était pas sans rappeler le caractère félin. Caractère qui se confirma quand les yeux sortir de l’ombre, dévoilant une créature à quatre pattes, la robe unie beige recouvrant la totalité de son long corps. Son tête assez carré, aux muscles de la mâchoire saillants, était relativement en déça par rapport à la taille de son corps. Ses grandes oreilles noires n’étaient pas particulièrement dressées, signe d’aisance et de prétention qui parlaient autant pour le Pokémon que pour toi. Au-dessous de sa petite truffe noire, dans la gueule du Pokémon, se trouvait le poignard lancé plus tôt par Midas. Le pauvre n’avait eu le temps de s’enfoncer dans le mur que Pokémon l’avait capté. Tapis dans le coin depuis le début, ton Pokémon n’attendait que ton signal pour se manifester. Il se dandina en se frottant contre tes jambes, espérant que tu ne le caressas de ta main. Ce que tu fis. Ta main vint flatter le crâne de ton plus fidèle, qui se mit à ronronner de plaisir. Une scène tout à fait personnelle qui se jouait pourtant délibérément devant Midas. Une petite tape de ta part sur sa tête, et Persian vint présenter du bout de sa gueule sa dague à Midas, la queue gigotante. Oh non, tu ne t’embêtais pas à la rendre de tes propres mains. Un tel respect se méritait. Toi, tu relevais juste ton chapeau pour qu’un de tes yeux lance une œillade malicieuse et provocatrice à Midas tandis que ton rictus s’étirait toujours plus.

Décidemment, le fait qu’il t’a pris de haut t’était effectivement bien resté en travers de la gorge.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Sam 23 Juil - 15:33

Quand les étincelles du choc des Titans attisait les braises surnaturelles de votre interlocution, mais qu'un vent de camaraderie entre Suprêmes de la pègre dissipait la fumée nauséabonde synonyme de vos pics lancés harmonieusement l'un contre l'autre; tu ne manquais pas d'employer quelques méthodes au manque de subtilité avoué -ou non, qui sait- pour relancer l'affaire. Par ta faute; ou bien préfères-tu penser "grâce à toi" car tu te forgeais consciencieusement cette carapace d'arrogance qui permettait de t'abriter de tout profond soupçon; le débat s'endiablait dans un climat de sérénité paradoxale. La droite posture que vous deux entreteniez vous rendaient chacun un peu plus imposant à chaque instant qui s'évaporait dans l'océan de votre sombre vie, et ce malgré les aspects rabougris de Giovanni face à toi.

Tant de philosophie proliférait dans cet air impur que vous deux respiriez avec allégresse... Ce même air que tu conviais de partager avec l'autre protagoniste, puisque tu entretenais une promiscuité tout de même respectable avec le Déchu, amusé et tout autant intrigué à l'idée folle de le pousser à bout en jouant sur cette familiarité qu'était le rapprochement. Ce duel de regards s'intensifiait sans trêve ni répit, chaque Roi du Mal profitant des talents spirituels que seul son iris était capable d'employer dans ce combat des âmes. Vous n'étiez plus que deux statues, discutant dans une ambiance à première vue austère... Mais chaque attrait, chaque contour; le moindre geste et l'unique pensée dévalant de tous vos détails importait sur ce champ de bataille imaginaire.

Dans ta camisole d'illusions grotesques, Midas, tu es fou à lier. Mais ça, personne ne le sait. La démence s'est produit tant de radieux dérivés au cours des évolutions qu'il en existe mille et un parallèle. Tu avais la folie des grandeurs, la folie des visages... Et, à vrai dire, tu étais complètement dingue, oui. Tu étais le genre d'homme qui saurait tuer un autre avec une fleur de lys si on les laissaient seuls dans une salle où pourtant aucune plante n'aurait pu pousser. Tu étais le type exemplaire d'élève modèle qui aime gravir tous les échelons du respect pour tout ruiner au dernier moment, dans l'unique espoir de décevoir... Et de cette déception, qu'il puisse renaître plus flamboyant et aimé que jamais. Toi, Midas, tu te couvrais d'un or sale récupéré sur le dos des démunis que tu manipulais sagement, ou des volontaires qui buvaient tes inepties avec tant de ferveur que toi-même finissait par croire à tes histoires. Si bien qu'au final, tu faisais tout pour changer le mensonge en vérité...

... Tu pourrais changer le Destin de tout un monde, si tu le voulais. Tu te nourrissais des explications didactiques de ton confrère, l'oreille bien dressée et attentive, et ton esprit transformait chacune de ses paroles en une propagande que tu exploitais pour t'hypnotiser toi-même. Simplement parce que tu le voulais. C'est aussi ce genre de choses que tu entends, lorsque tu dis qu'il te suffit de penser à quelque chose pour que cela devienne réalité... Et aux commandes de ta propre armée privée désormais, il n'y a que peu d'obstacles placés sous rigoureuse surveillance qui seraient susceptibles de renverser la donne. Ainsi tu t'armes de bien des précautions, encore absentes aux observations de ton tuteur d'un jour. Tu aimes te faire luire d'une clarté impétueuse, et ton camarade se prête bien au jeu. Ou peut-être l'a-t-il aussi prévu... ? Qu'importe. Tu as l'impression qu'il ne capte que ta fausse prétention, et c'est précisément ce que tu cherchais à accomplir.

Il allait même jusqu'à mimer les gentlemen de haute-cour; avec son regard effilé et ses manières passives-agressives. Il ponctua la fin de son beau discours sur quelques palabres sarcastiques, tandis que l'animal caractéristique de sa personne brandit fièrement la dague que tu pensais avoir abandonné dans le mur dérobé à votre vision commune entre ses babines. Et les innocentes et braves coquetteries qu'ils entretinrent juste avant il y a à peine quelques secondes de cela insinuait parfaitement l'idée de supériorité que l'aïeux voulait faire passer... Tu n'étais pas dupe, et comme tes songes se retournaient déjà à ce sujet; le moindre détail compte maintenant. Tu éclaircis ta gorge d'une noble façon, atténuant dans ce raclement sourd un ricanement aux allures presque snob, avant d'accepter l'insulte. C'était la moindre de chose, pour quelqu'un qui avait reçu la tienne en sachant se contenir aussi poliment...

... Tu t'abaisses, ployant un genou au sol pendant que ta main gauche et délestée, asymétriquement à ta droite gantée, saisit délicatement le poignet de l'arme avant que tu ne le retires sans abîmer le seigneur Persian qui te donnait l'image d'accompagner son maître dans ses moqueries invisibles. Tu finis par titiller la bête d'une vive caresse dans le sens du poil tout malgré ton état, en te redressant avec autant de brièveté pendant que tu regagnes les pupilles fixes de ton feu rival. Parce que, dans un sens, c'est bien ce qu'il était...

"... Vos opinions et espérances me vont droit au cœur. Et les compliments pour la fine lame aussi..." Soupires-tu en premier lieu, en brandissant le couteau; à peine désemparé par la salive féline qui s'y flanque en moindre quantité; juste derrière toi, soutenant la dague dans une poigne à revers. La lame se tournait donc contre ton manche, et tu croises à nouveau tes bras, comme à ton habitude. "... Comprenez que l'arrogance dont je vous fais part est un présent extraordinaire que l'esprit humain nous fait. Actuellement, grâce à cela, vous me sous-estimez... Et rien que cette phrase suffira à accentuer chez vous cet avis, j'en suis assuré. C'est en profitant de cet avantage; en profitant que les gens me pensent incapable; que je vais agir plus habilement. Les regards qu'on me braquerait seraient soit trop lestes pour réagir assez tôt quant à mes agissements, soit ils seraient insuffisants, et personne ne croiraient ces pupilles dilatées de surprise en voyant ce que je concocte pour Erios."

À cela, tu tournes les talons dans un jeu de mouvements dynamique, élançant tes membres hauts et les phalanges qui font leur extrémité dans une valse gracile présentant l'ampleur de ton projet. Tes pas te guident en même temps à nouveau jusqu'à la baie vitrée; et si le spectateur est averti, il remarquera que l'arme jusqu'alors planquée contre ton avant-bras n'est plus... Tu l'avais en vérité volée et voilée à l'intérieur de ton vêtement de par un agile stratagème dont les secrets sont connus de toi seul. Et tu reprends alors, en trombes, ta voix abandonnant toute prétention symbolique de ton statut juvénile pour une terrorisante sincérité... "... Je ne veux pas changer le monde. Les changements se font d'eux-même, et l'humain s'adapte. Le Roi les guide, lui. Ce sera mon rôle, et mon seul changement." Tes paumes se rabattent ainsi comme les ailes d'un ange obscur, ou bien d'un démon sacré, alors que ton discours persiste -du moins l'espères-tu- dans les tympans de celui qui t'écoute... "... Ce monde me va comme ça. Et je le veux."

Les sourcils sérieusement froncés, tu perds ton sourire pour un faciès inflexible et à toute épreuve. Ton but était simple. Clair, explicite. Tu n'étais pour le coup pas très original... Mais ce sont par les méthodes que tu vas tenter de te différencier. "Nous avons les fonds, le temps, les moyens... Ne nous manque que quelques hommes de bonne fortune pour guider avec parcimonie les sbires qui interpréteront mes ordres. Midas lève la main et pointe l'horizon, ses soldats comprennent : il désire tout ce qui s'étend par-delà cette frontière. Je veux le monde..." ... Rien que ça.

Dans un renouvellement inapproprié de ta jovialité épousant ton insouciance avec une normalité à s'en répugner, tu renvoies à nouveau tes yeux carmins sur la personne de Giovanni, le détaillant une fois de plus avant de reprendre, un brin de finesse arqué en sourire aux commissures de tes lèvres. Nul doute qu'il s'agit là de ce fameux masque d'impertinence dont tu parlais et réfléchissais précédemment... "... Dîtes-moi mon cher, connaissez-vous le sylphium ?"

Vous savez, ce qui illustre aussi précieusement la richesse... Que la mort.


Dernière édition par Maxwell "Midas" Demeter le Mer 3 Aoû - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Mar 2 Aoû - 18:07

Midas semblait t’avoir repassé le flambeau de la discussion. Tu avais bu toutes ses paroles, méticuleusement attentionné. Après que vous eûtes tous les deux adonné à des provocations aussi subtiles pour le commun des mortels que dégoulinantes pour les Grands, l’apaisement prit contre toute attente l’ascendant sur les vives tensions qui n’étaient que trop palpables. C’est donc au début défiant que tu écoutas le discours de Midas, mais une sérénité intérieure soudaine t’engloba. En ton fort intérieur, même si tes petits yeux étaient toujours méchamment plissés, que ta bouche était toujours tordue dans un rictus malsain, tu savais qu’entre vous, l’orage était passé. Momentanément du moins.

Enfin, tu suivis Midas de ta démarche lente et posée jusqu’à ce que son bureau ne vous sépara, les mains toujours croisées dans ton dos, suivi par ton plus fidèle qui détaillait chaque partie de la pièce de ses petits yeux rouges. Sa queue battait doucement mais régulièrement l’air environnant. De ton œil expert, tu pus remarquer que la lame qui avait failli t’effilocher quelques instants plus tôt avait magiquement disparu. Ton sourire s’étira de plus belle. Midas était habile, Midas était prétentieux. Décidément, il ne te rappelait que trop tes débuts. Tu ne pouvais pas dans ton jugement personnel trop sévèrement le juger sur cet aspect. Comme tu l’avais dit précédemment, le jeune être qu’il était, comme toi à son âge, n’était pas encore arrivé à maturité. Les quelques erreurs qu’il ferait ne lui permettrait que la progression. Et toi, tu savais qu’il était intelligent, il te l’avait démontré. Complètement fanatique aussi, certes, mais doté d’un don rare qu’est l’intelligence, la vraie.

Tu sentais l’envie de rire monter, mais tu ne fis rien pour l’empêcher de sortir. Tu ris un bon coup. Un rire guttural et franc. Pas un brin de moquerie dans ton rire, il est tout à fait sincère. Un peu sec et bref. Après t’être accordé ce petit instant personnel de satisfaction, tu tiras la chaise du bureau vers toi et tu y déposas ton royal fessier. Te voilà maintenant assis du côté invité du bureau sans l’avoir vraiment été. Tu joignis les mains, croisa tes doigts, posas ton menton sur tes mains et braquas ton regard droit sur les yeux de Midas.

« Cela ne vous dérange pas que je m’assieds? ? J’ai fait un long voyage pour vous rencontrer et je n’ai eu guère le temps de me reposer. »

Tu ôtas ton chapeau que tu posas sur le bureau avant de continuer.

« Je vous aime bien Midas. Je reconnais que je me suis trompé sur certains points vous concernant, allant à l’encontre même de vos prédictions, j’en ai bien peur. J’ai mésestimé votre arrogance, la croyant purement puérile. Je maintiens ce que j’ai dit. Vous êtes arrogant, autant que vous êtes intelligent. Mais malgré votre brin de folie, vous semblez savoir où vous allez. Vous avez compris beaucoup plus de choses que vos prédécesseurs n’avaient ne serait-ce qu’une notion.  Vous possédez tout ce qu’il faut Midas, cette fougue, cet esprit, l’ambition. Vous irez loin. Je l’espère pour vous plus loin que moi. Croyez-le ou non, mais il me tarde de voir ce que vous préparez pour Erios. Ne me dites rien, je saurais lorsque le temps sera venu. »

Tu marquas une pause brève.

« Pour vous répondre, oui, je connais le Sylphium, évidemment. Erios ne serait rien sans cette chose fascinante. Mais vous, Midas, parlez m’en, du Sylphium. Qu’est-il pour vous ? Un simple moyen d’enrichissement ? Je ne pense pas. Qu’est-il pour vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Mer 3 Aoû - 15:58

C'était finalement un franc succès que ton éloquence emportait aujourd'hui. Les paroles savantes de deux Souverains en entretien donnent impérativement lieu à quelque débat saugrenu et bondé en connotations offensantes... Et pourtant, ensemble, vous avez réussis à très vite passer le cap afin de pouvoir solennellement vous adresser une parole de fratrie criminelle. Et cet outil de camaraderie qu'on tend souvent à renommer "compliment" vous tient mutuellement en éveil, puisque chaque parole versée par la langue retournée de surprise de Giovanni sait se faire plaisante à tes oreilles. Tôt ou tard, tu finis bien par trouver qu'il manque sûrement de mesure et abuse peut-être, mais c'est toujours agréable de recevoir les bonnes critiques d'un Sage de sa trempe. Et tu es tout aussi fier de l'avoir agréablement surpris, assuré qu'il agit avec cette étrange sincérité que tu ne lui décelais pourtant pas à la veille de votre rencontre.

L'homme s'était installé avec toute la nonchalance que son état lui permettait dans le siège qui lui revenait de tout autant de droit. La posture stricte, le regard perçant et attentif, à l'image de celui de son familier; c'était un radieux portrait d'homme d'affaire qui se peignait là. Il cherchait à croiser le blanc de tes yeux; c'est l'écarlate royal de tes iris qu'il trouva au final, ton regard s'étant effilé au moins assez pour rivaliser avec le tranchant de son œillade. Tu ne cherches plus à le surpasser, mais bien à lui consacrer un effort d'équité : vous vous parlez d'homme à homme, d'égal à égal.... De chef à chef. C'est ainsi que s'illustrait désormais l'impétueux respect avec lequel tu marquais tes approches, et tu n'avais pas plus de honte à te coudre ces attraits que lui pouvait en avoir en faisant comme chez lui.

Et d'ailleurs, puisque lui s'est autorisé une trêve sur le confort de ton ameublement, tu allais bien en faire de même. Tu rejoins alors ton propre fauteuil, y apposant lestement ton fier déhanché pour croiser les jambes, à l'instar d'un grand patron. Il ne manquerait plus que le cigare aux lèvres et quelques demoiselles pour le fan-service, et tu vendrais du rêve... Mais au final, tu en offres déjà bien assez, avec ton menton baissé et l'arc de cercle modelant tes lèvres pour fendre ton visage adouci avec un rictus courtois. Tes bras trouvent le repos sur ceux du siège, et tu palpes le cuir qui recouvre tout le meuble de la pulpe de tes doigts gantelés. Tes goûts ne sont pas particulièrement exigeants; loin de toi toutes ces visions et principes matérialistes... Mais tant qu'à faire, si tu as l'occasion de profiter d'autant de charme dans cet environnement ombrageux, tu n'allais pas t'en priver. Comme quoi, l'artisanat surpasse toujours la manufacture et le produit de leur factice travail collectif...

... Et lorsqu'enfin vient le temps de poursuivre l'interlocution, c'est toujours bardé d'assurance et d'un timbre de voix du même effet que tu t'expliques. "J'ose espérer qu'après avoir conclu tant de choses à mon propos, vous conviendrez déjà par vous-même que je ne vois pas à travers le Sylphium qu'un banal minerai toxique qui vaut de l'or. Bien sûr qu'il en vaut, et heureusement pour Ambrosia... Mais ce n'est qu'un de ses si nombreux atours. Le Sylphium sera la clef de voûte qui permettra ou non l'exécution de mes projets pour Erios... Je ne suis pas bête, bien sûr, je réfléchirai à bien d'autres plans si jamais les desseins actuels ne seraient que voués à l'échec. Ce n'est pas l'imagination qui me manque..." Tu relèves ta paume en l'air, dans une gestuelle de discussion toute somme basique.

"Le Sylphium est un fruit de l'omniscience... Parce qu'il peut tout donner, comme il peut tout reprendre. Le Sylphium est aussi célèbre qu'il est mystérieux. Il est aussi utile et accorde autant de fortune qu'il peut s'avérer mauvais et ruiner le monde. Et c'est justement là que ça devient intéressant..." D'un rire machiavélique, pourtant résultant en un brin tendre de jovialité absurde, tu accordes une halte à ton monologue avant de reprendre. "... Le Sylphium peut tuer. Et l'humain tient à sa vie, parce que l'humain est égoïste. Chacun à sa façon l'est, et ce serait hypocrite de renier cette part naturelle de notre existence. Le Sylphium peut alors les menacer. Sinon, son exploitation ne serait pas abandonnée. De ce fait... Le Sylphium peut les dissuader et les manipuler. Je vois en cet élément tant de possibilités, de stratégies, d'innovations... En étudiant ce minerai, il surpassera son stade d'arme, de pierre précieuse ou de poule aux œufs d'or. Il sera un atout sacré. La lance, la balance et le bouclier en même temps. Je vois en le Sylphium...

... Mille et un futurs.
"

Ah, que d'éventualités à prendre en compte... Toutes ces façons possibles de mener le peuple au bout d'une baguette, grâce à quelque chose d'aussi naturel que les créations des entrailles mêmes de la planète. Quelle ironie... C'est un peu comme si l'humanité serait courbée sous le poids de Dame Nature, qui les a pourtant mis au monde, eux aussi. Que c'est excitant... Tu en frissonnes ! Tu en frémis, tu t'en ravis... ! Ton sourire se tord pour s'agrandir, brillant de toutes les variétés de joie existantes et inimaginables ! Mais, hélas pour ton confrère... "... Pardonnez-moi de ne pas pouvoir être plus explicite que ça... C'est bien vous qui m'avez demandé de garder mes plans pour moi-même, et de vous en faire la surprise."

... Tu dois te contenir. Chaque chose en son temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Sam 6 Aoû - 16:36

Tu regardais fixement Midas alors qu’il répondait à ta question. Encore une fois dans un long monologue ponctué de métaphores et autres qui habillaient si bien ses dires. Midas était un chef dans l’âme, assurément. La parole était une arme redoutable que seuls les grands savaient manier. Les autres ne pensaient qu’à la puissance brute, ce qu’il leur valait bien des défaites. Toutefois, tu n’arrivais pas à distinguer si Midas était juste complètement fou et absorbé dans ses délires, ou juste un comédien extrêmement doué. L’Ambrosien semblait tout droit sorti d’une tragédie grecque à son apogée, au moment de gloire juste avant que la fatalité ne le rattrape. Cette pensée paradoxale te fit baisser les yeux sur ton borsalino qui était posé sur la table. Tu haussas les épaules, yeux clos.

« Haha – rias tu faussement – Je ne serai pas étonné si dans quelques années, le nom de Mal d’Ambre ne soit changé en Toucher de Midas avec des ambitions pareilles, mon cher. Néanmoins – Tu ouvris un œil que tu reposas sur Midas – Avant de vouloir jouer les salvateurs du genre humain avec ce minerai, n’avez-vous pas étudié ce qu’est réellement le Sylphium ? Pourquoi avec un simple toucher, il peut tuer ? Je ne doute pas que le Sylphium pourrait faire une excellente arme au contraire, mais je me méfierais quand même. Mis à part son prix sur le marché noir, le Sylphium reste une énigme encore insoluble de nos jours et nos connaissances à son sujet frôlent le zéro absolu. Je vois bien que malgré votre intellect, vous êtes du genre à jouer avec le feu. Vous êtes fou, Midas, fou. Comme j’aime le dire, le génie va souvent de paire avec folie. Ils sont comme les deux côtés d’une même pièce, forgés ensembles, sans quoi leur valeur est nulle. Le génie vous donne le pouvoir, la folie l’imprévisibilité. Mais attention de garder leur dualité équilibrée et que l’un ne prenne pas l’ascendant sur l’autre, ou c’est la chute assurée. Aussi …»

Tu tendis une te tes mains vers ton chapeau qui attendais sagement sur le beau mobilier. Tu hésitas un instant à le saisir. Ta vraie hésitation bien sûr, n’était pas de savoir si oui ou non tu allais le prendre, ni même si tu allais quitter l’entretien aussi prématurément. Non, mais en tant que personnage de cette scène, tu n’étais toujours pas sûr du rôle que tu voulais endosser à ce moment crucial. Mais en cet instant précis, dans cette réunion au sommet, l’hésitation était synonyme de défaite. Comme le disait l’adage « Tu as le droit de te tromper, mais jamais d’hésiter ». Car à cet instant où tu avais hésité, ton assurance, ta droiture, tout s’écroulait aux yeux de l’autre. C’est la faille que l’on cherchait toujours lorsqu’on s’affrontait indirectement comme ça avait été le cas. Cet infime laps de temps où tes anciennes blessures avaient rencontrés tes vieux démons avait provoqué ta chute inexorable. La même chute que celle qui t’avais tout pris des années auparavant. Maintenant… action, réaction.

Tu attrapas ton chapeau que tu posas directement sur ta tête qui, celle-ci baissée, cachait désormais ton regard. Tu ne souriais plus. Ton Persian, qui s’était furtivement faufilé pendant vos échanges, surgit derrière Midas et lui passa une patte sous la gorge, griffe s sorties, menaçant d’égorgement le chef de la nouvelle team en laquelle tu voyais pourtant tant d’espoirs.
Tu relevas ton chapeau afin qu’un œil puisse se croiser avec ceux de Midas.

« Je suis désolé, Midas, mais nous ne pouvons te laisser faire ça. Afin d’expier mes pêchés, je travaille sans relâche pour que des gens comme vous ne se présentent jamais au grand jour. Même si Ambrosia semble bien tourner, si je coupe la tête du chef maintenant, mes amis des Forces Spéciales n’auront qu’à finir le menu fretin. J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop, Midas. Je compte bien mettre un terme à Ambrosia aujourd’hui même, moi Giovanni, maître des Pokémons Sol. »

L’Opération Némésis était lancé. Qu’allait tu faire, Midas, te demandais tu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Sam 6 Aoû - 20:36

La monotonie ne vous allait pas, de toute façon. À l'instar des tendances éphémères dans lesquelles s'investit un peuple trop peu conscient des réels intérêts que le monde peut leur procurer; vous êtes deux icônes du Mal que tout rend asymétrique, mais qui se lient étroitement par vos mécaniques si prévisibles... Oh, tu n'avais rien fait pour appréhender les réelles tournures de cette rencontre. Et tu dois bien avouer que tu n'es pas non plus imperméable aux surprises; bien loin de toi ces idées d'insensibilité, il s'avère que tu préfères te délecter de ces revirements incongrus plutôt que de vivre une banalité que même la pègre sait produire. Un ouragan de menace t'engourdit alors, un frisson d'excentricité te prend et te fige, toi et ton sourire machiavélique dans ton siège, pendant que tu sens l'affût d'une griffe féline épousant finement la tendresse de ta jugulaire...

... C'est finalement les redoutables optiques qui se prélassent de le regard on ne peut plus sérieux de ton confrère qui réveillent en toi un brin d'animosité conviviale; celle-là même qui doit habiter chaque Seigneur. Il ne faut jamais oublier que sous une couronne gît une quantité oppressante de pouvoir... Et les Déchus en conservent bien une part. Ainsi, sous ses faux airs d'amitié précipitée, tu n'avais pu déceler la véracité de son intrigue. Giovanni cachait très bien son jeu; tu n'avais pas non plus affaire à n'importe lequel des Parrains de l'Ombre, après tout... Tu ne peux donc qu'arquer un sourcil tout au plus intéressé, conservant une sérénité olympienne face à la sécheresse de ses syllabes. Et ta pomme d'Adam provoque allègrement le couteau d'os qui l'afflige lorsque tu déchaînes toute l'ampleur de ta joie démente à travers un ricanement pourtant modéré. L'écho de ta voix, soudainement plus grave, retentit en une mélodie malfaisante dans le vaste bureau...

"... Voilà donc ce que vous cherchiez précisément à accomplir. Très cher, vous m'envoyez ravi... Je n'aurais jamais pu espérer meilleure attention que celle que vous me portez actuellement. Il fallait bien avouer qu'une telle rencontre ne pouvait être motivée par autre chose qu'un dénouement de la sorte... Hélas, je dois bien avouer que vous avez baissé dans mon estime... Je comprends mieux pourquoi toutes ces années de silence... Les Forces Spéciales ? Sincèrement ? Ah, Giovanni..." Tu fermais les yeux un instant, soupirant d'une lassitude navrante et irrespectueusement sincère. Toutefois... Tu étais bien le seul à ne pas cracher au loin ton franc sourire. Ton iris de braise cherchait à fusiller l'âme de ton désormais opposant par delà la fenêtre de détermination que faisait ses yeux. "J'espère juste que vous avez retenu un peu de ce que j'ai pu vous dire...

... Je réfléchis à bien d'autres plans et issues.
"

Ta main serre fermement la pointe du bras de ton siège, bien qu'un index didactique s'en redresse; seul geste invisible que tu émets à la suite de cette discussion ruinée. En guise de réaction, un gracile duvet reluisait de cent couleurs au fond de la pièce... Et sans qu'aucune transition ne soit commise, une vague psychique survolait discrètement la place, comme un vif éclair de pensées fracassantes et cherchait au moins à déloger le Persian derrière toi s'il ne parvenait pas à l'avoir de plein fouet. Tel était le but de ce Psyko draconique, dérogeant aux perspectives du félin depuis le potentiel mental de ta plus fidèle... "... Savez-vous que les Latias sont capables de devenir invisible en reflétant toute la lumière qui leur est dirigée dessus ?" Et son camouflage se dissipe, pour que l'or de son armature naturelle et le blanc immaculé de sa pureté physique dénature l'obscurité des lieux... Une splendide Latias chromatique avait perdu son sourire, et massacrait le duo ex-Rocket d'un œil précieux et hostile. Le bureau était plongé dans l'ombre, mais pour que les protagonistes se voient, il avait fallu un tant soit peu de luminosité; ce qui était largement suffisant pour l'artifice auquel vous étiez usés...

Que le Persian soit désabusé par l'attaque psychique ou non, il serait obligé de privilégier sa survie puisque tu n'avais besoin que d'un coup d'œil envers ta favorite pour l'inviter à profiter de ta confiance. Ainsi, c'est à une allure extraordinaire que l'Éon s'aligne avec sa cible, avant d'à peine entrouvrir les lèvres pour exulter toute la puissance d'un Dracochoc dans un soufflet assez précis pour ne pas que tu aies à la subir. Tu te dépêches de quitter ton trône de fortune malgré tout, pour faire pleinement face à ton ennemi inédit et l'affronter dans un terrible duel de regards pendant que se profile derrière toi le canon d'énergie partant perforer la solidité exagérée de tes murs dans une explosion digne de ton Type adoré. Les bras élancés, tu défies volontairement le Déchu en prolongeant ton sourire sur toute la surface de ton visage pendant que Méridia, ton Pokémon, cherche à deviner où a pu passer son ennemi si son double assaut n'a pas été un succès total.

"Aussi, je vous prierais de ne pas sous-estimer mes hommes... Je prends ça comme un affront direct. Et, à cela, je n'ai qu'une proposition à vous faire, et que vous serez forcé d'accepter...

... Giovanni le Déchu, battons-nous donc dans les règles de l'art.
"

Puisqu'il te cherchait, il te trouverait. Partout où la Team sévit en ces bas fonds a résonné l'effroyable hurlement du Dragon. L'alerte est évidemment donnée en réponse, les troupes s'activent... Peut-être que l'homme en face aurait mieux de réfléchir à deux fois avant d'oser tenter quoi que ce soit d'aussi futile. Que tu as hâte de voir comment tout cela va tourner...

And now... Begin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Jeu 25 Aoû - 14:42

Quand l’explosion de lumière était survenue, tes pupilles s’étaient dilatées. Non pas sous le violent coup qu’elle avait été pour les globes oculaires, ni par peur, mais belle et bien par excitation. Tes lèvres s’étaient étirées en un immense sourire qui dévoilait tes dents, sourire trahissant la folie inhabituelle qui s’était emparée de ton être. La fougue de ta jeunesse avait soudainement revigoré les membres de ton corps mûr. Cette force… tu l’avais sentie telle ton sang parcourir les vaisseaux de ton corps et s’emparer de toi. Aaah Midas, t’étais tu dit. Les rumeurs étaient donc vraies. Tu avais bien réussi à faire du Pokémon Eon un allié de ta personne. Une chair de poule avait recouvert ton corps alors que ton calme légendaire s’était petit à petit évadé de ton corps. Même toi, tu n’étais pas resté indifférent à la rencontre avec un Pokémon de Légende. Ton excitation avait été semblable à celle d’un jeune dresseur de dix ans qui découvrait les premières joies du dressage. Et pourtant, tu avais été prévenu.

Tes démons d’analystes reprirent le dessus, et ta santé mentale s’en retrouva restaurée. Tu entendais des bruits partout qui venaient du dessous, l’alerte avait été donnée pour sûr. Des dizaines, voire des centaines de sbires grouillaient dans les étages inférieurs, désireux de connaître l’ordre que Midas leur commanderait. Toi, tu n’en avais pas peur. Quelques larbins ne pourraient nullement t’arrêter. Tu remarquais également que les attaques de la Latias avaient fragilisé les installations, les fissures sur le mur pouvaient en témoigner. Persian, lui, se tenait devant toi, face à Midas et son Pokémon, à plat ventre, le postérieur dressé, sa position d’attaque. Ses poils étaient hérissés et il feulait de tout son être. Tu ris intérieurement. Ton Pokémon faisait le fier, il l’était même, beaucoup, mais l’attaque surprise l’avait grandement apeuré. Son courage avait foutu le camp. Qu’importe, il n’était pas le candidat parfaitement désigné pour le combat à venir. Surtout pour un combat dans « les règles de l’art ». Tu frappas trois quatre fois dans tes mains dans un applaudissement lent.

« Le voilà enfin. Latias. Je me demandais vraiment si les bruits qui courraient à votre égard étaient véridiques. Il me force de constater qu’ils étaient fondés. Vous m’en voyez fort impressionné. Le Pokémon Eon est extrêmement rare et imprévisible du à son habitude de bouger sans cesse. Dites-moi Midas, l’avez-vous forcé à coopérer avec vous ? Où bien avez-vous été choisi par cette créature mythique ? Dans tous les cas, je suis honoré d’avoir été choisi pour être son adversaire. C’est pourquoi oui, Midas, battons-nous à la loyale, dans les règles de l’art. Au vu de vos précédentes attaques, je suppose que si je me bats de mon plein potentiel, vous ne regretterez pas les conséquences à venir. – Tu caressas une fissure qui lézardait le mur – Après tout, je suis le maitre des Pokémons Sol. »

Tu dégainas une pokéball de ta ceinture. Une pokéball ordinaire. Tu la gardais en main pour le moment. Tu voulais profiter des derniers instants de répit pour continuer la conversation.

« Loin de moi l’idée de vous attaquer personnellement. Mais je doute que vos sbires n’atteignent ne serait-ce qu’une infime partie de mon potentiel. Le Déchu, comme vous aimez m’appeler, le Repenti comme j’aimerais que l’on m’appelle, durant ses années de silence n’a pas cessé de s’entraîner. Aussi, ne pensez pas que je suis venu seul à votre rencontre, dehors, les agents des forces spéciales attendent que je les convie à intercepter le menu fretin, et croyez-moi, l’Agent Belladonis n’est pas un agent des plus efficace qu’il soit dans notre unité. Je ne sous-estime pas la puissance de votre organisation, Midas, sinon, je ne vous aurais pas gratifié de ma présence. Vous êtes pris très au sérieux, Midas. Soyez en honoré. »

Ton regard croisa celui de Midas une dernière fois. Aussi hostile que désolé, tu brandis ta ball.

« J’ai mes raisons de faire ce que je fais Midas, et le jugement que vous portez à ma personne ne m’importe peu. Je signerai votre défaite aujourd’hui, soyez en certain. »

Tu appuyas sur le bouton de la Ball. Un rayon rouge en sortit et une énorme silhouette se envahi tantôt la pièce. Ton Pokémon favori poussa un hurlement menaçant, symbole de la puissance qu’il dégageait. Sa queue battait violement le sol. Il était aussi gonflé à bloc que toi, son maître.

« Rhinoféros, Poing Boost »

Le poing de Rhinoféros fut enveloppé dans une aura blanche éclatante. Aussitôt, il frappa le sol qui se fissura sous ses pieds.

« Seisme »

Ton mastodonte frappa le sol de ses pattes postérieures dans un long cri bestial. Le sol entier du bureau se fissura. D’un signe de la main, tu envoyas à Midas un ‘Au revoir’ avant que le sol entier ne lâche. Tout se déroba sous vos pieds, vous entrainant, toi, Midas et Rhinoféros dans une chute inexorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Sam 27 Aoû - 15:25

Ce portrait d'épique et de puissance ne manque certainement pas d'effets. Seule ta silhouette ombragée se définissait dans la blancheur enragée du Dracochoc de Méridia; prémisse d'ébats monstrueux aux retours mortels. Plus rien n'apparaissait, ton état avait transcendé la réalité; tu n'étais plus que l'ombre indescriptible d'un homme oublié, on ne pouvait plus reconnaître un seul de tes attraits... Et quand l'obscurité prima de nouveau sur sa contrée du Mal, tu paraissais... Changé. Le rouge carmin de ta frange se renouvelait, et reluisait de plus belle quand les scintillements infinis délaissés par l'élan de l'attaque draconique s'éparpillaient passionnément dans le vent souterrain du bureau. Ton regard brûlait désormais d'un millier de feux, ta démence impériale était un brasier d'excitation; Ténèbres et Lumière se partageaient équitablement ta conscience, régissaient toutes les envies que l'être humain pouvait ressentir...

... Ta peau... Non... Ton corps entier frissonne de plaisir, d'amusement; tu dégustes chaque saveur que ton esprit s'entiche à harmoniser avec tes plus profondes ambitions. Tu aimes cet instant, tu ne regrettes rien ! Oh, tu sens cette poussée d'adrénaline qui te prend... ! Elle t'étreint, elle te sert ! Nul ne peut savoir, pas même toi, si ce bonheur excédentaire ne cherche pas en fait à te tuer par abus, ou bien s'il veut juste te baigner dans l'Océan de fiévreuse complaisance que tu te vantes déjà d'avoir conquis ! Tant de sens en ces pensées entremêlées, tant de notions qui se perdent et fondent dans la masse de songes qui t'envahissent et t'assaillent de toute part... ! Tu n'as plus rien à faire de la réalité. Le monde n'existe plus. Tu l'as décidé. Et quand le Roi décide, c'est chose faite. Car tes désirs sont des ordres... L'Illustre et toi allez vous battre.

Et dans l'empressement qui fait l'œil de cette tornade fracassante qu'on appelle sinon la rivalité, tes sens atténués ne retiennent que l'annihilation de votre surface de jeu par la démonstration de son très cher Rhinoféros, tout droit dégaîné de son arsenal caché... Ton rictus s'étend miraculeusement plus loin et se déforme, ses courbes se raidissent, si bien que tu ne peux plus que dépeindre un sourire absolument diabolique... Ta dentition défie la clarté de celle de Giovanni, et tes allures de monstre emballé dans cette chair fragile et éphémère te font empester tous les vices qu'un seigneur de l'Ombre peut interpréter... Rah, tu te perds encore dans tes folles métaphores ! Trop de double sens, le monde n'a que faire de ces batifolages spirituels ! Tu es fou, Midas ! Tu es fou... !

Et dans la pénombre de ton aliénation, tu parviens toujours à garder ta face de sereine lucidité malgré les difformités encourues par la fougue partagée que tu exacerbes... Dans ta chute implacable, c'est avec toute confiance que tu te laisses porter au soin d'un sauvetage éclair... Filant telle une comète à travers les débris, calculant parfaitement sa trajectoire; si bien qu'elle profite même de certains obstacles lévitant pour rajuster sa mire; Un Éon se dérobe au Séisme auquel elle est insensible et te récupère en plein vol... Il ne t'aura pas fallu bien des efforts pour croiser insouciamment les jambes pendant que tes bras s'entrecroisaient une fois de plus. Et quand enfin la première pluie de gravats prit fin, tu rejoins le sol pour retrouver le Pokémon qui avait provoqué ce désastre terrifiant... Il y avait un tel concentré de force dans un Pokémon aux allures si simple que cela en devenait presque absurde. Et de ce fait... Tout ça n'en devenait que plus surprenant. Félicitations, Giovanni. Tu seras assurément un adversaire de taille, malgré les handicaps avec lesquels tu pars...

... Car tu trouvais le temps de ricaner allègrement dans ce vrac horripilant, profitant de ce voile d'impétuosité pour jauger plus sagement la situation. On avait donc face à nous un animal qui ne pouvait compter que sur la lourdeur de son physique pour frapper fort et résister longuement... Il s'en retrouve néanmoins bien plus lent que Latias; réputée pour sa vitesse incroyable; et tout aussi exposé à ses assauts spéciaux. Une carapace ne protègera jamais d'un assaut psychique, pensais-tu... Et c'est avec cette même idée que tu attendais impatiemment de pouvoir profiter de ce duel pour mieux connaître le Déch-... Le Repenti. Tu es sûr que malgré les avantages qui te sont octroyés, il trouvera sûrement de quoi bien te gêner. Et il est à rappeler qu'il s'agit aussi d'une course contre la montre... Est-ce que les forces spéciales seront les premières à débarquer ? Ou bien, le fait que vous ayiez chutés d'un étage au moins vous a rapproché de la horde d'Ambrosiens ? Peut-être que la guerre entre les deux factions a déjà commencé, qui sait... ?

Il y a tellement d'éventualités à prendre en compte que c'en deviendrait presque plus dingue que toi... Tu ne peux qu'en rire plus fortement ! Ah, oui, cette fougue, la véritable... Ce seul et unique sentiment de satisfaction qu'on ne peut ressentir qu'en présence d'une telle prestance... "Aaaaah, Giovanni... Je te remercie tant d'être venu à ma rencontre..." Et encore, tes bras se déploient comme les ailes salutaires du réel Déchu se tenant sur cette pile de débris... Parce que tu l'as appelé ainsi; mais il n'y a que ton cerveau troublant qui mérite de porter ce titre... Ce même geste d'élégance exagérée remémore à ta préférée ses ordres les plus basiques, et c'est ainsi qu'elle s'emploie, sans mot dire, à t'obéir au doigt et à l'œil... Lorsqu'elle lévite pour rejoindre le front, c'est par de subtiles pirouettes et une séduisante œillade qu'elle arbore le Rhinoféros... Elle jouait du Charme entre Pokémons, avant qu'elle ne puisse reprendre la suite des événements. Si la technique s'effectuait bien, alors l'adversaire se verrait bien obligé d'amortir sa force pour le bon plaisir de la Princesse Dorée.

"Je n'ai pas honte de vous dire que j'attends beaucoup de ce petit combat..." Promulgues-tu enfin, avec une assurance plus qu'exécrable...

... Tandis que de son côté, Méridia achevait sa performance en humant la Ball'Brume qui signerait plus clairement le début des hostilités. Le projectile, chargé en énergie psychique se condensait et se raffermissait en un rien de temps... Et il n'en avait pas fallu plus pour qu'elle fonde à son rythme jusqu'à l'impact supposé avec sa cible. Ça n'avait rien d'une offensive physique, alors le blindage du monstre n'aura que peu d'intérêt...

"... Montrez-moi ce que vous savez faire... ! Giovanni, le Repenti !"

Résumé des attaques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Jeu 1 Sep - 15:00

Tu atterris doucement, porté par le Scorvol que tu avais appelé à la rescousse lors de ta chute. Tu avais rejoint le sol bien après que Midas l’eut fait, dans un souci de garder la plus grande visibilité du champ de bataille improvisé qu’était devenue la base d’Ambrosia.  Ton visage ne cachait ni ta déception, ni ton dédain. Selon tes calculs, l’Eon aurait très bien pu récupérer son maître et porter une attaque sur Rhinoféros, qui dans les airs, n’aurait eu comme choix que de subir l’assaut. Un tel manquement remettait en cause ton jugement. Midas se jouait-il de toi pour ne pas profiter d’une occasion en or pour porter un coup qui aurait pu être décisif ? Te considérait il pas comme un adversaire à la hauteur ? Il était clair qu’un simple Rhinoféros ne payait pas de mince face à un Pokémon de légende, mais il ne fallait pas te sous-estimer.

De ta position privilégiée, tu avais pu voir la folie s’emparer de ton adversaire. Son comportement déjà très théâtral devenait de plus en plus flagrant. C’était tel Messiah qui descendait du ciel à la rencontre de la terre qu’il avait sauté du le  trou qui jonchait le sol dégradé de son bureau pour rejoindre l’étage du dessous. Toi, tu lui préparais sa chute dans les profondeurs des enfers. Messiah tombera de haut, ses ailes de soi-disant d’ange brûleront et l’utopie prendra fin. Finalement Midas, tu n’étais qu’un gosse. Un gosse empli de rêves et d’ambitions. Un gosse intelligent, tu n’avais pas honte à le reconnaître. Mais la folie aura eu raison de toi. Il fallait mieux que ce soit toi, Giovanni, qui pouvait te comprendre, t’arrêtasses aujourd’hui plutôt qu’une personne ignorante des démons qui t’habitaient et incapable de dialoguer avec un esprit tel que le tien. Tu avais eu ta chance, tu lui avais laissé. Mais un esprit aussi instable sans rien pour le contrôler ne pouvait que ravager ce monde. Si vous n’étiez pas si opposés, tu aurais pu lui apprendre. Lui enseigner ce que tu savais, l’illuminer de ta sagesse. Il aurait pu être ton digne successeur. Si seulement cette folie n’avait été que passion…

Rhinoféros tremblait. Lui qui était si entraîné à résister aux attaques jouant sur son mental comme le Charme que lançait Latias, il ployait devant la prestance d’un Pokémon mythique. Comment lui en vouloir ? Toi-même tu avais senti ton sang bouillonner  d’excitation quand Elle était apparue. Même le brave Persian, ton symbole, celui qui faisait de toi ce que tu étais aux yeux des autres, était reparti la queue entre ses pattes. Finalement, pour devenir une légende accomplie, c’était l’expérience qu’il te manquait. Celle de combattre une figure mythologique. Ce combat n’était pas qu’un test pour Midas, ni même un moyen de l’arrêter. Il s’agissait surtout pour toi de te prouver que tes années d’abnégation et d’entrainement avaient portées leurs fruits.

Latias préparait déjà l’assaut suivant. Midas ne faisait pas dans la dentelle malgré tout. La légendaire attaque Ball’Brume serait l’attaque qui ouvrirait directement les hostilités entre les deux Pokémons. Une fois chargée, l’Eon fit feu. Tu souris. D’un large balayage du bras, tu intimas ta riposte à ton Pokémon.

« Contre avec une attaque Pouvoir Antique »

Pouvoir Antique… Une attaque des anciens temps. L’image, la symbolique étaient parfaites. Cette attaque avait été tellement difficile à apprendre pour ton Pokémon. Il en résultait d’un long travail commun entre toi et lui pour réveiller ses gènes les plus enfouis. Les amas de roches, anciennement bureau de Midas, se mirent à bouger. Les pierres étaient toutes entourées d’une aura violacée, tout comme ton Pokémon qui était dans un état extrême de concentration. D’un cri puissant, Rhinoféros envoya les rochers rencontrer la Ball’Brume pour l’arrêter. Ou du moins l’affaiblir, car l’attaque de l’Eon traversa en partie le mur de roche et vint frapper ton Pokémon, qui recula tout de même sous le choc. Tu souris. Tout se passait comme prévu. L’attaque Pouvoir Antique avait pour avantage de pouvoir réveiller une force scellée par le temps au sein du Pokémon, au prix d’un risque de fatigue considérable si mal exécutée. Mais tu avais une confiance inébranlable en Rhinoféros, et il ne te déçut pas. Maintenant, le combat pouvait commencer.

« Représailles »

L’enchainement parfait. Encaisser une attaque amoindrie et contrattaquer avec une capacité qui se renforçait si un coup venait d’être reçu. Rhinoféros s’élança. Pour le moment, tout se déroulait selon tes calculs. Scorvol te souleva afin que tes yeux pussent croiser ceux de ton adversaire.  

«  Il n’y a pas de petit combat qui tienne Midas. Ce combat sera un affrontement d’anthologie. Quelle que soit l’issue. J’espère que vous serez à la hauteur pour entrer dans la légende. Le Champion que je suis ne se contente pas d’un maigre duel de seconde zone. Ne me décevez pas non plus.»

résumé des attaques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Ven 2 Sep - 9:07

Un spectacle de toute beauté à la fureur incandescente; s'enchevêtrent les brasiers de fougue et se perdent dans cet infinie frénésie la redondance de vos implacables tempérances. Tu es ravi d'empathir à l'égard de ton rival d'un duel; lui comme toi n'avez plus que l'espoir fantaisiste d'une rencontre déchaînée entre vos deux forces imposantes, sinon divinatoires... L'issue du combat gardait après tout un soupçon d'importance. C'était aussi une part de cette surexcitation... Et d'ailleurs, si vous prêtez l'oreille, probablement que vous reconnaîtrez la cacophonie d'effroi martyrisant à nouveau l'enceinte du labyrinthe de technologie... Des cris de surprise, des hurlements d'impatience et des chœurs de rage entiers ravageaient la douce mélodie de l'écho de votre propre bataille. Chaque assaut résonnait de plus belle à travers tout le souterrain, si bien que la moindre attaque prenait une ampleur inconsidérée. Le plus simple des coups de poing pouvait alors devenir l'action décisive de cet affrontement...

... Tu renfrognes tes sourcils, et tu applaudirais même à la beauté de ce débat des coups auquel vous participez avec tant d'impétuosité. Vos esprits se dépeignent enfin comme de véritables guerriers, armés du glaive de la révolution et parés du bouclier; du rempart de votre fierté commune. Bien qu'il n'était plus réellement question de soigner ses apparences... Une chose était sûre, vous n'étiez plus que deux silhouettes dans un torrent de puissance dont vous tenez justement les rennes. Il n'est plus possible que de distinguer les contours de votre prestance... L'un avait conquis l'un des Éons de ce monde, l'autre avait brillé telle une étoile pourpre par le passé et exultait maintenant l'éclat perdu de cette majestuosité d'antan. Sa simple personne suffisait à ranimer toutes les mémoires les plus marquantes d'un homme, là où tu nécessitais la sérénissime existence d'une royale entité pour prouver que la tienne était toujours en vigueur... C'est à ce constat que tu comprenais, une fois encore mais jamais de trop, que tu avais encore forcément du chemin à faire... Et tu te consolais en devinant qu'il en était de même pour tous.

Les ordres se dispersent, vos paroles s'embrouillent entre les débris manipulés par le Pouvoir Antique dont tu n'aurais pas deviné ce Rhinoféros capable d'employer. Il avait subi mieux qu'un entraînement... Il avait appris à surpasser les limites de son intégrité, si bien qu'il en avait retrouvé les gènes ancestraux de sa famille. Redoutable, et tout aussi impressionnant... Tu fus, en supplément, étonné de comprendre que Giovanni entendait par cette technique un contre, et non pas un assaut... Mais il pouvait bien avoir raison. Une bonne défense reste parfois l'attaque. Tu lui décoches alors un fameux sourire, celui des félicitations éphémères, qui déchire alors le coin de ta fine bouche pendant que tu te plais à paraître aussi détaché de la réalité... Toute cette scène n'en devenait que davantage pittoresque.

Heureusement par le respect de ses propres paroles, le Repenti s'abattit sur une tactique plus que louable, bien qu'au final tout à fait logique et donc prévisible. Méridia pourrait tout simplement s'envoler, esquiver et revenir à l'offensive avec la ferme intention de déployer plus encore de son potentiel caché... Mais pour avoir le meilleur angle de riposte, il fallait parfois songer à prendre des risques. Tu ne sais pas si Giovanni l'avait pensé ainsi, mais une chose est sûre... Ses Représailles toucheront, et infligeront un mal terrible. Puisque peu de personnes ont pu entretenir une relation quelconque avec ces rarissimes êtres vivants, il serait savant de prédire à l'avance qu'une des faiblesses de Latias est le type Ténèbres... Et de quel type était le coup à venir ?

Dès lors que les griffes du Rhinoféros fondent sur la chair vitreuse de ton Pokémon, celle-ci retient sa douleur vainement, alors que son visage définit une souffrance terrorisante... Les Représailles étaient doublement plus dangereuses, et du type à éviter... Mais c'est heureusement une situation éphémère. Il te suffit de reprendre la situation en main; d'un geste souple et impératif, net et précis, tu pointes ta favorite du bout de ton index et l'assujettit à un ordre silencieux, comme à votre habitude... Et il ne lui en fallut pas plus pour s'exécuter.

Sitôt exigé, sitôt fait. Une aura bienveillante à la clarté bénéfique émanait subitement de la Dragonne, l'enveloppant dans une robe de lumière salvatrice et la baignant dans un rayon de bien-être qui savait effacer la douleur de son visage... Telle était l'éblouissement du Soin que venait de s'administrer Méridia, qui recouvrait alors aussitôt la majeure partie des dommages encaissés. Il fallait difficilement compter sur sa défense naturelle pour poursuivre le duel sans trop se soucier de ses maux... En revanche, compter sur ses aptitudes psychiques était aussi évident qu'indispensable. Heureusement que pour votre riposte, l'Éon maîtrisait le type qui saurait rendre la pareille à ce Rhino' de maître... Et alors, tu ne fais que pivoter sensiblement ta phalange pour qu'elle accuse l'adversaire. La proximité entre les deux combattants, la vitesse du Latias surclassant de loin celle du Pokémon lourd, La faiblesse de ce dernier quant à la nature de l'offensive à venir... Tant de paramètres qui te laissaient supposer qu'esquiver cette attaque serait horriblement difficile. Et il n'y avait plus qu'à juger...

"Je n'y compte pas, mon cher..." Réponds-tu finalement à ton interlocuteur enjoué, sur un ton presque similaire à une fraternité douteuse... Ce combat n'avait pourtant rien d'amical; la férocité dont était imprégnée l'orbe givrée figée au bout du museau de Méridia le prouvait. Tu étais curieux de savoir comment allait faire ton opposant lorsqu'il saisira que son Pokémon s'apprête à subir le courroux impérial d'un Laser Glace à bout portant...

... À en faire froid dans le dos.

Résumé des attaques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Ven 2 Sep - 16:47

Le duel battait son plein. De ton point de vue privilégié, tu ne loupais une miette de cet affrontement. Chaque mouvement, chaque attaque, faisait bouillir toujours ton sang déjà en ébullition. Tu retrouvais tes sensations d’antan, celles que tu avais lorsque tu parcourais Kanto en quête des badges d’arènes avec Rhinoféros, qui n’était alors qu’un jeune Rhinocorne. Cette avidité rare qui ne te ressemblait désormais plus refaisait surface. Cette excitation que tu avais quand l’enjeu était important, qui lui avait disparu quand tu étais devenu champion à n’affronter que de faibles dresseurs. La fadeur était devenu synonyme de tes combats, l’ennui celui de ta vie. La Rocket n’avait été que très peu dérangée durant son apogée, et l’ennui ici aussi avait fini par te rattraper. Ton empire se bâtissait inexorablement, et avant d’être sacré  empereur, tu te lassais déjà du titre. C’est ce jeune dresseur qui te fit te remettre en question. Celui qui te défia, toi, le Chef Rocket et qui te défit. Tombé de ton piédestal, blessé dans ton orgueil, tu démantelas ton organisation. La puissance te manquait, tu ne t’étais que trop reposé sur tes lauriers. Il te fallait plus de force, plus d’entrainement afin de reprendre les rênes de la Rocket, et retourner sur le chemin de la toute-puissance. Puis, un autre gamin survint, et tu fus défait une seconde fois. Amer, incrédule, tu décidas de disparaître pour de bon. Qu’est ce qui faisait que deux gamins avaient pu aussi facilement te vaincre, toi ? Aujourd’hui, tu obtenais ta réponse tant attendue.

La ferveur du combat revenait en toi. Tes membres en tremblaient. La puissance, pas la force brute, mais belle est bien celle qui permettait de gagner, tu l’apercevais au fond de toi. Petit noyau renfermé et enterré profondément qui ne demandais plus qu’à germer et retrouver la surface. Il ne suffisait que d’un rien pour qu’il ne redevienne un arbre majestueux, pilier de ton âme. Cette puissance qu’était la volonté, Midas l’éveillait en toi. Lui et son Pokémon Eon. Grâce à eux, tu pouvais sentir ton cœur retrouver progressivement sa place en chassant la rancœur qui l’avait remplacé. Plus… tu voulais plus encore de ce combat. Midas ne devait pas te décevoir. Tu en attendais désormais que trop de lui. Bien entendu, tu ne lui dirais rien de tout ça. Après tout, vous êtes censés être des ennemis. Malgré tout, l’animosité semblait absente dans l’atmosphère. La concentration, la stratégie y étaient, mais un sentiment positif que tu ne définissais pas régnait. Il te portait même.

Des cris de stupeur t’arrachèrent de tes pensées. Les sbires ambrosiens avaient commencés à rappliquer. Une réaction normale vu le boucan que vos passes provoquaient. Tu ne paniquais point. Dans le pire des cas, s’ils en venaient à interférer, tu avais trois autres Pokémons prêts à les arrêter. Tu tentas de reprendre le fil du combat que tu n’avais lâché qu’une seconde. Seconde déterminante car la Latias menaçait ton Pokémon d’un Laser Glace, au vu de l’éclat, qu’il porterait à bout portant. L’attaque était imminente et Midas semblait vouloir charger l’attaque à fond afin de causer des dégâts colossaux. Tu du réagir dans l’urgence.

« ABRI ! »

Emporté, tu crias à ta grande surprise. Rhinoféros se concentra un tout petit instant et un bouclier vert émana se son être. L’attaque Laser-Glace partit dans la foulée et vint percuter le champ de force qui enveloppait ton Pokémon. Chargée à bloc, l’attaque glace dura un temps qui semblait infini. Rhinoféros maintenait le bouclier de justesse, dans un état de concentration tel qu’il suait à grosses gouttes. Latias referma sa gueule et le bouclier s’estompât. Tu avais agi dans l’urgence et employé une attaque qui demandait beaucoup à Rhinoféros. Cela faisait deux fois en peu de temps. Tu étais pourtant loin d’avoir atteint tes limites, mais il fallait que tu reprennes vite le tempo du combat. Et surtout éviter les écarts de concentration comme tu avais fait. Tu souris à Midas, toujours plus follement depuis le début du combat.

« Mais regardez donc, tous vos sbires radinent. Des spectateurs idéaux pour assister à votre chute, Midas. Brisons leurs rêves. Brisons le vôtre, Midas. Vantardise. »

Tout comme toi, Rhinoféros prit une position très provocatrice. Il balaya de son corps la poussière qui pouvait s’y trouver. Une légère aura rouge émanait de ton Pokémon et bientôt, ce serait au tour de Latias d’y être prisonnière, de la Vantardise.


Résumé des Attaques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Sam 3 Sep - 13:14

T'humilier devant ton armée, en voilà une idée originale... Et absolument dénuée de conviction. Est-ce que le Repenti s'y donnait réellement à fond ? Si tel est le cas, alors sa détermination a du bien s'ébrécher, depuis le commencement de cette soirée mortelle. Et ce n'était pas sans te rendre d'autant plus fier; parce qu'aux confins de ton esprit reluisant d'une majestueuse folie des grandeurs, c'est d'un diamant d'assurance que brille l'assurance de ta vérité personnelle : tu as beau mesurer la distance qui te sépare encore du Sommet, tu conserves une personnalité bien trop extravagante pour ce monde; véritable joyau de la démence des Grands, tu as insufflé en l'âme du Déchu cet assentiment fougueux d'excitation et d'appréciation par tes millions de démonstrations de ta prétention exacerbée.

Il n'a fallu que d'une poignée de mots arrogants, d'un zeste d'ambition et l'auto-proclamation de maître du monde en devenir pour qu'enfin, Giovanni et toi partagiez bien plus qu'un simple rôle d'ambassadeur du Mal... Oh, que tu es fier de toi... Ton excitation est contagieuse, on te reconnaît comme étant prenant. C'est sûrement l'un des plus nobles accomplissements qu'il puisse t'arriver d'acquitter. Tu te couronnes déjà d'un franc succès, et ce, même si l'issue de ce combat reste incertain... Tu es doué d'une innommable incartade, et dans toute la beauté et le rayonnement de ce conflit mythique, Les lueurs d'un proche dénouement pointent déjà dans l'horizon obscur de cette base en ruines. Oui, bon nombre de tes sbires se regroupent ici et là, et observent le combat, la langue pendante d'engouement et d'incertitude; chacun se fait sa propre opinion en constatant des fourbes stratégies que l'un entreprend, et en admirant la façon dont l'autre riposte malgré tout... Tu n'as pas honte de penser, malgré les coups pour coups que vous effectuez, que tu restes malgré tout avantageux. Jamais, Ô grand jamais tu ne ferais le sacrilège ultime d'arrêter de sourire aussi lestement...

... Grâce au Pouvoir Antique, les gènes anciens du Rhinoféros restent sûrement encore assez actifs pour lui instiguer une puissance augmentée. Mais quelque part, tu supposes encore que le Charme au début des hostilités marque encore discrètement ce monstre de force brute. C'est sûrement grâce à cela que Méridia n'a pu succomber immédiatement à la suite des Représailles... Et puisqu'elle a majoritairement récupérée grâce au Soin, la voilà au même niveau que son adversaire. Quand enfin les sillons invincibles du Laser Glace cryogénisaient l'atmosphère; pourfendant air et roche sur sa trajectoire jusqu'à se plaquer avec une violence incommensurable sur le bouclier salvateur de sa cible, Ta joie te montait à la tête et tu avais définitivement bien trop de mal à tenir en place... Tes pieds dansaient d'eux-même en silence; tu faisais les cent pas, les bras croisés, à une allure presque inhumaine, alors qu'un regard impératif planait sur le terrain ravagé. Pas un seul instant tu ne décrochais la place, à aucun moment tu n'oubliais les détails qui promettaient des éventualités illimitées...

... Mais à cet instant précis, on t'offrit la plus belle des opportunités. "Vous et votre Pokémon ne manquez certainement pas de culot, Giovanni..." Affirmes-tu nonchalamment, comme un vieil ami taquinerait sa connaissance la plus ancestrale. Dans le même temps, tu n'étais pas ébloui par la carapace rutilante d'impétuosité du Rhinoféros qui faisait, comme son maître l'avait ordonné, jeu de Vantardise pour déstabiliser Méridia. Nul doute qu'un tel état de mégarde serait la signature de ton échec...

"... Permettez-moi de partager un peu plus de ma folie avec vous. ~"

... Ou le sien.

"Reflet Magik."

C'était le premier ordre que tu prenais la peine de promulguer oralement. Tes deux simples mots remplaçaient ceux de ton ennemi; tu préparais ta riposte au moment précis où il était encore en train d'exiger de son compagnon qu'il exécute sa demande. Il fallait reconnaître que l'homme t'avait sorti des sentiers battus, puisque tu ne pouvais plus simplement compter sur la confiance qui règne inexorablement entre toi et ta préférée. Celle-ci avait déjà engagée une trame de rage incertaine, et accablée dans sa propre colère; mais la contre-offensive était déjà bien engagée... Peut-être avait-il remarqué, l'ex-Rocket, ce voile immaculé exultant des deux combattants; peut-être pas. Une chose est sûre... Il t'avait suggéré la plus belle opportunité d'en finir.

Vantardise est une capacité réputée pour confondre les pensées de la cible avec la naissance d'une haine inédite. Ce processus a pour effet d'accroître de manière spectaculaire la force de la proie des songes, tandis qu'elle se voit perdue dans la confusion. Très pratique en duel, mais tellement déconseillé face à toi... La dinguerie est ton domaine de prédilection. Méridia ne tombera pas aussi bas. Reflet Magik est le traquenard suprême dans une situation typique de celle-ci... À l'image d'une parade invisible, le mental de Latias suffit à dresser un rempart immuable entre l'affliction qu'on tente de lui adresser et sa lucidité. Mieux encore... C'est avec une impassibilité insultante qu'elle renvoie les effets néfastes de ce coup bas.

"J'en viendrais presque à croire que vous avez voulu que j'agisse ainsi, mon brave..."

Et ta main encadre, au loin, le Pokémon ennemi encore debout. Votre cible est épuisée par son Abri, et si ta favorite témoigne bien d'un épuisement tout aussi certain; il faut reconnaître qu'étant un Légendaire entièrement adapté aux manipulations psychiques, son endurance a une mince longueur d'avance qui, tu l'espères, fera toute la différence... Une énième attaque psychique, comptant cependant sur le potentiel physique ainsi doublé de ta Latias, est mise à l'emploi. Une orbe azurée pourvue d'un noyau d'énergie mentale recouvre le front de l'Éon, et celle-ci se propulse alors, coléreuse et déterminée à frapper le Rhino' de tout son élan, pour lui asséner le plus redoutable des Psykoud'Boul...

... Vous ne m'aurez pas comme ça, très cher.

Résumé des attaques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Sam 10 Sep - 16:55

Quelques gouttes de sueurs coulaient sur ton front. Non pas parce que le combat demandait moult concentration et condition physique pour pouvoir réagir au quart de tour, mais parce que la situation avait pris une tournure que tu n’avais pas prévue et que ça t’avais un peu chamboulé. Il était difficile de prévoir les attaques d’un Pokémon mirage dont tu ne connaissais pratiquement rien. Dont personne ne connaissait pratiquement rien. Mais tu avais agi avec imprudence. Tu avaistenté par une action folle qui tentait elle-même Giratina. La folie de Midas était vraiment contagieuse. Tu t’en voulais beaucoup. Il était connu que Latias avait des pouvoirs psychiques mais tu n’avais pas pris en compte cette information. La victoire te paraissait si proche, tu t’étais précipité. Pourtant, en tant que Grand tu savais. Tu le savais que le premier à craquer mentalement était fini. Tu avais relâché ton attention trop de fois en ce combat. La punition allait tomber. Rhinoféros était à la merci de la Latias. Le temps qu’il reprenne ses esprits le combat serait terminé.

Toujours soutenu dans les airs par Scorvol. Tu ouvris les bras. Tu fus pris d’un rire qui ne te ressemblait pas. D’un rire insensé qui n’était pas sans rappeler celui de ton adversaire. La scène devait être pour lui d’ailleurs assez surnaturelle. Lui qui s’était royalement foutu de ta gueule à l’instant. Tu avais grave la haine. Tes chances de gagner étaient trop minces, voire inexistantes. Tu n’allais pas te cacher derrière une excuse simple comme quoi tu affrontais un Pokémon de Légende. Non, tu avais fait des erreurs. Tu cédais à la pression. Quelqu’un comptais sur toi, tu ne devais pas décevoir. Et pourtant…

Rhinoféros, lui, regardait craintivement autour de lui.

- Rhinoféros ! Entend ma voix. Je suis là ! Ton adversaire là-bas. Sens-le, sens-le ! Attaque-le !

Mais Rhinoféros n’entendit pas raison. Il frappa  le sol de ses pieds dans une attaque séisme qui allait encore plus fragiliser l’environnement de combat.

- Non, écoute-moi Rhinoféros ! La Latias est là. Anti-Air !

Sans savoir Si oui ou non Rhinoféros allait en effet lancer son attaque, tu lanças un regard à Midas. Tu le dévisageas un long moment avant de lui lancer cette phrase énigmatique.

« Bienvenue dans la légende, Midas. »

Attaques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Sylph. ide vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Admin

PROFILMessages : 883
Date d'inscription : 15/07/2015
RPGHey ! Moi c'est Sylph. ide et ici, je vais te parler un peu de


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Sam 10 Sep - 16:55

Le membre 'Mitsuki Iwako' a effectué l'action suivante : Attribution Pokémon sauvage


'Dé 5' : 92
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-sylphium.pokemonrpg.org

avatar

Hey, regarde !
Maxwell "Midas" Demeter vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Midas - Golden World

PROFILMessages : 66
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 17
RPGHey ! Moi c'est Maxwell "Midas" Demeter et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Entraîneur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Mer 14 Sep - 15:51

Brutal ! Frustrant ! Jouissif... ! C'était un combat hors du commun ! Un éclair de rage, un torrent d'excitation; c'est votre bonté commune qui part en cendres et qui se disperse en se confondant dans les grains oubliés de votre sagesse, celle qui enroue vos mécanismes primitifs ! Et ce sont ces mêmes intrus qui se font reconnaître entre tous, aussi noirs que vos ambitions; c'est parce que cette substance est désormais réduite à néant que la bravoure de deux âmes éfarouchées se donne en spectacle devant le meilleur des publics... Vous-mêmes ! Tes bras, beaucoup trop articulés, sont comme deux commentateurs muets interprétant chacun une image utopique de cette folie redoutable ! La robustesse de votre impassibilité a fait ses preuves, et c'est au tour de votre cœur de s'expliquer ! Les conditions sont si propices à vous transporter au comble de ce festival mortel; en plein dans l'œil de la tempête Démence...

De justesse, par quelque compromis sournois et si mal placé que tu en viendrais même à t'excuser, les contre-arguments de ton adversaire lui sont retournés avec une politesse irritante. La tendre pulpe goûtue qui fait le relief de ta bouche éloquente tremble, ton sourire ne tient plus, trop d'émotion, tu ne sais plus comment t'afficher. Ton sourire persiste, puis il s'efface; ressuscite vaillamment avant de s'interrompre, et se coince dans ce cycle infini et inachevé de bonheur taré... Le reste de ton corps est tout aussi alarmé. Tes pensées sont brûlantes de ferveur pour ton propre engouement ! Tu aimerais pousser le bouchon toujours plus loin ! Tu aimerais ! Ah, si seulement...

Hélas, même si le spectacle du malheureux Rhinoféros encombré dans sa propre perdition te satisfaisait, tu étais d'autant plus freiné dans ton délire par les frêles tentatives de cet opportuniste. Un pied après l'autre, labourant ce béton armé doublé d'une couche de titane et d'un rajout de polymère comme si ce n'était qu'un bac à sable, un nouveau Séisme ravageait la zone et pouvait d'ailleurs s'étendre bien plus loin qu'aux frontières d'un bureau maintenant détruit. Le sol tremblait; c'était le rugissement sourd, l'ultimatum des profondeurs qui signifiait ce que tu ne voulais sûrement pas qu'il arrive... Suite à cela, ce sont d'ignobles cassures lézardant le long des poutres apparentes et des murs en acier, vrillés, brisés et tordus sous la pression de l'offensive perdue, qui apportent les véritables prémisses de la suite à venir. Toi qui avait déjà du mal à garder tes lèvres hautes, te voilà assuré qu'elles ne se relèveront pas de si tôt...

... Les fondations cédaient. Enfin, pourrait-on dire... Après ces brèves mais choquantes réciproques de violence à l'état pur, il était peut-être temps. Les lois de la Réalité devaient probablement commencer à se questionner sur la véracité de vos fantaisies... Et tu n'aurais pas peur de maudire cette dernière pour te retirer à ce plaisir immense. Mais ta colère doit rester interne; encagée aux confins de ta chair et de ton sang en ébullition permanente, ne faisant absolument aucun contraste en atteignant la froideur de ton être, cette haine n'a pas lieu d'être. Tandis que tu réfléchis, que vous vous pavanez et que Giovanni s'efforce de maintenir les rennes... De nouvelles ruines affrontent ton armée divisée par la panique, écrasant les fuyards, les incertains et les inconscients de façon impartiale. Le courroux des Dieux, en cette soirée cinglante, est de roc. Mais ton cœur, lui, n'est heureusement pas de pierre...

Perdre plus de sbires qu'il n'en fallait pour repousser les forces secrètes n'était pas dans tes prévisions. Ou plutôt, si... Dans celles auxquelles tu réfutais catégoriquement tout désir de t'y référer. Ce sont ces rarissimes moments de doute personnel qui te font haïr tes décisions... Mais bien qu'il soit trop tard pour un sauvetage entier, sonner la retraite reste toujours une possibilité. Le bâtiment s'écroulera à coup sûr, et dans un laps de temps on ne peut plus limité. Le Repenti s'en sortira, assurément. Espérons qu'il en soit de même pour la majorité des soldats survivants. La seule façon que tu as de te consoler, c'est de penser que si ce n'est pas le cas... Ils emporteront au moins les agents nationaux dans leur tombe Ambrosienne. Tu soupires longuement, et ce moment d'écart te vaut un revers patriarchal bien mérité...

Un projectile raté s'écarte du terrain. Puis il rebondit. À droite, à gauche, ici et là... Jusqu'à revenir pile sur la tête de Méridia. Un regard dégrossi, obnubilé, tu ne comprends pas : comment avait-il pu faire ça ?! Il ne pouvait que remercier Dame Fortune ! L'Anti-Air avait sérieusement réussi à frapper ta favorite... ? Sitôt qu'elle subit l'impact, la malheureuse s'étala au sol, juste trop sonnée pour récupérer son envol immédiatement... Et pire encore, les frémissements encore récents du Séisme ont secoués quelques débris retardés par la chute des autres, et voilà que la pauvre Latias encaisse des dommages collatéraux. Péniblement, elle parvient à se frayer un chemin jusqu'à l'air frai, mais cette fresque ironique ne t'inspire simplement plus rien de bon... C'est dommage... ! Tellement dommage ! Tu avais de si belles stratégies en tête, tu en étais si fier... !

Tu ne retiens plus ce râle abyssal qui te broie la gorge tant tu le contenais désespérément ! Ça tournait beaucoup trop mal, pour tout un chacun... Plus personne ne devait rester ici... C'est d'un geste longtemps réprimandé que tu jongles d'une Ball à une autre; la première rattrapant vivement Méridia avant qu'un surplus de gravats ne la pourfende contre terre; l'autre libérant la majestueuse silhouette d'un ténébreux Roi Dragon à trois têtes... Son effroyable hurlement nettoie la terreur ambiante -ou en instigue une d'un tout autre type-, résonnant brutalement dans les entrailles du quartier général jusqu'à ne plus qu'être le cauchemardesque souvenir de son arrivée. Cette mélodie grave et cancéreuse n'avait guère l'habitude d'incarner ton ticket de sortie, et son auteur te le rendit d'un mauvais œil que tu n'avais pas le temps d'excuser. Son apparition néanmoins, te revitalise vigoureusement...

"Giovanni ! Cet entretien fut bref ! Beaucoup trop, si vous voulez mon avis !" Le tissu de ton trench-coat fouette les écailles implacables du Trioxhydre que tu grimpes dans l'ombre, hors du champ de vue de ton ennemi d'un soir... "Alors, quand vous vous y résoudrez... Rejoignez-moi dans cette légende."

Pas un mot de plus. Il n'y avait plus besoin de rien. Cet échange était conclu. Un battement d'ailes décharnées vrombissait dans la grande salle; la présence du Dragon des Ténèbres avait suffi à faire comprendre aux sbires présents ton intention, et ainsi tu n'avais pas à perdre plus de temps pour les ordonner de faire passer le mot. Deux battements d'ailes, et te voilà déjà haut dans la caverne... Et ton céleste destrier, parfaitement autonome, fend la roche jusqu'à la proche surface par le biais d'un Dracocharge bien placé. Le vacarme d'une base en voie de destruction s'éloigne alors ainsi très rapidement; alarmes rutilantes, troupes désorganisées, combats lointains, cris de peur... C'est un fardeau que tu abandonnes à contre-cœur. Mais quand tu songes à tes suprêmes paroles en ce bas monde, tu ne peux que raviver un brin de fierté à travers chaque attrait de ton visage...

Oui, Giovanni, rejoins-moi... Pour notre légende ? Ou simplement celle-là ? Comptes-tu reforger la tienne, ou t'abandonnes-tu à l'oubli éternel pour un avenir aussi triste... ? J'espère sincèrement que ma proposition te fera réfléchir. Dans tous les cas, je suis presque sûr qu'on se reverra tôt ou tard. Et quand ce sera le cas...

... Je sourirai à la manière d'un Roi.

THE END:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Jeu 15 Sep - 14:27

Le combat prit une tournure totalement inattendue. Alors que la défaite évidente de ta personne avait été acceptée, ce fut la Latias qui fut touchée de plein fouet par le combo incongru de ton Rhinoféros confus. L’attaque Anti-Air avait touché le Pokémon Eon avec un tel hasard que tu en étais venu à te demander si la Providence n’avait pas joué un mauvais sort à Midas. Tu détestais la chance. La chance était l’arme des faibles. Ta puissance ne valait rien sur un coup tel que celui-là. Tu regardas Midas. Tes sentiments étaient partagés. La ferveur de ce combat était retombée bien vite. Bien trop vite. Tu en voulais plus. Toujours plus. Tu n’avais pas réussi à te prouver les réussites de ton entrainement. Comment pourrais-tu revenir vers lui si tu n’avais pas réussi à faire tes preuves ? Quand Midas rangea son Pokémon, tu sus que c’était fini avant que lui-même ne te l’annonce. Il sortit un autre Dragon. Un Trioxhydre. Midas s’envola avec, quittant sa base souterraine qui était sur le point de s’effondrer. Abandonnant à leur sort tous les pauvres sbires qui paniquaient devant les pans de murs entiers qui se détachaient. Un mauvais point selon toi.

- Je n’y manquerais pas Midas, et plus tôt que vous le croyez, murmurais tu dans ta barbe.

Tu dégainas cinq balls. L’une rappela Rhinoferos. Les quatre autres libérèrent Persian, Nidoking, Nidoqueen et Triopikeur.  Le plan était simple.

- Il ne nous reste plus de temps avant que nous soyons ensevelis. Triopikeur et Nidoking, creusez un tunnel assez large pour permettre à toutes ces personnes de passer en sécurité. Queen et Persian, aidez-moi à rassembler les sbires vers le tunnel. Scorvol ! Allons-y !

Tu t’envolas avec Scorvol pour aller rejoindre les pauvres ambrosiens qui tentaient d’évacuer les lieux.

- Votre attention s’il vous plait. Suivez mes Pokémons, nous allons tous nous en sortir. Ne paniquez pas, quoique vous croyez, je ne suis pas un ennemi. Il n’y a pas de piège. Enfin, si vous le croyez et que vous ne bougez pas, vous finirez broyés par la roche qui nous tombe dessus. Vous choisissez.

Persian plus loin, faisait des signes en utilisant son Flash tandis que Nidoqueen lançait des Laser-Glace un peu partout pour ralentir l’écroulement de la base. La masse de sbires suivirent tes appels, la peur de mourir étant trop forte face à la suspicion contre ta personne. Tous s’engouffrèrent dans le tunnel que creusaient tes Pokémons. Tu y pénétras en dernier. Tu lanças un dernier regard à la base ambrosienne qui bientôt ne serait plus. Tu en tiras le bilan.

Midas, tu étais fou à lier, le doute n’était plus possible. Mais tes aspirations étaient bien plus terre à terre que ce que tu avais pu rencontrer durant tes voyages. Tu possédais la fougue de la jeunesse, l’ambition et l’arrogance liées à celle-ci. Tu pouvais défier le monde. Le vaincre et le rebâtir selon tes envies. Si ton pragmatisme pouvait être sauvé, tu ferais un incroyable tyran. Tu n’étais pas exempt de défauts. La vie de tes sbires, aussi nuls soient-ils, était importante. Rien que pour entretenir le moral. Soit moins nombriliste Midas, pense à ton armée. Chéris là et elle te le rendra bien. Utilise-les comme simples moutons, et ton règne sera éphémère. Les hommes que toi, Giovanni, sauve aujourd’hui, prends cela comme un cadeau. Il n’y a jamais eu de forces spéciales dans la partie. Tes hommes seront libres. Toi, Giovanni, tu le rejoindrais bientôt, Midas. Qu’Ambrosia devienne la digne héritière de l’Empire Rocket. Et que la providence ne te mette pas de gamin de dix ans dans les pattes.

Silver, il était grand temps que tu retournes vers lui. Vers ton fils.



FIN DU TEST


Dernière édition par Isabeau Runefield le Ven 16 Sep - 12:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Martyr Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !



PROFILMessages : 546
Date d'inscription : 16/07/2015
Age : 22
RPGHey ! Moi c'est Martyr Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Eleveur
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Ven 16 Sep - 1:04

Alors, alors, alors. J'suis comme un prof, reconnaître la perfection (ou presque), ça me fait mal. Mais en l'occurence, aussi bon soit ce test, il y a une chose qui manque, et c'est une chose que j'ai toujours répété à tout les testés pour des célébrités et des prédéfinis tels que Midas : l'histoire doit être un minimum développée, en particulier si tu t'éloigne du prédéfini certes non obligatoire mais proposé, au moins dans les grandes lignes, du personnage dans le test. Et c'est là le principal défaut que je peux trouver à un test qui est sinon globalement bon, très bon. Mais sans tarder, voici mon verdict :

•Qualité d'interprétation du personnage : C'est vivant, c'est ambitieux, et c'est aussi mégalomane que ton personnage l'est. Honnêtement, je m'incline, c'est parfait de ma perspective. Cette perfection est néanmoins grandement tarnie par le point cité plus haut, qui fait considérablement baisser la note, puisqu'il s'agit d'un point précieux, quasiment éliminatoire dans certains cas, et qui ne devrait donc pas être évité B+
•La vitesse de réponse : C'est très bon, régulier, parfois même dans les 24h qui suivent la réception de la réponse de ton testeur, ça vaut donc très largement un A+
•L'orthographe, la grammaire et la conjugaison : Quasiment parfait, j'ai rien lui qui m'ai fait tiqué ou qui m'ait sauté aux yeux. S
•La cohérence et la qualité du récit : Encore une fois, c'est très, très bon. C'est long, mais ça se laisse lire sans lasser, c'est fluide, c'est tout bon. Tu te perds un peu trop en figures de style à mon goût, mais ce n'est que mon avis, et ça reste cohérent avec le côté très mégalomane de ton personnage. A+

Note finale : A. Le minimum requis pour jouer Midas, certes, mais ce minimum place la barre très haut, c'est donc tout à fait honorable, et de mon point de vue c'est bon. Une fois que la note de ton examinateur viendra compléter la mienne, verdict pourra être rendu.

NOTE ! Au vu du personnage utilisé par ton testeur, il va sans dire que ce test ne peut être que d'un canon discutable, étant hors de question d'imposer à un potentiel Giovanni un canon dont il pourrait ne pas vouloir.

_________________
Martyr te parle en Royal Blue, Pollen t'engueule en Forest Green, Décibel minaude en Light Pink et Lucifer se paie ta tête en Night Blue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Isabeau Runefield vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Grande Chancelière - L'Illuminée (Animaidtrice)

PROFILMessages : 115
Date d'inscription : 19/06/2016
RPGHey ! Moi c'est Isabeau Runefield et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Ven 16 Sep - 12:44

A mon tour de noter. Mes expectations n'étant pas les mêmes que Marty, mes notes vont surement varier.
Ce fut un test très agréable à faire passer Mida, j'aime le personnage tel que tu le joues. Tu m'as inspiré de bien des manières, et j'espère que tes futurs camarades de rp subiront le même sort, car avant même de donner mes notes, je te le dis, tu passes.

Interprétation du personnage : J'attendais pas spécialement à ce que tu développes l'histoire de Midas dans ce test, et à vrai dire, je ne t'ai pas non plus laissé la possibilité de le faire. Je comptais laisser l'histoire à la présentation. En revanche, le psyché du personnage est développé à souhait. On comprend de suite qui est Midas. Il est réellement fou à lier, tout en ne l'étant pas. J'applaudis ce que j'appellerais le Joker du forum. C'est beau, vivant, poétique. Pour moi c'est S

Vitesse de réponse : Très régulière, rapide. Le joueur est tenu au courant de l'avancée des posts, et s'il y a un soucis, tu préviens. A+

Le Frenssé : RAS. S

Cohérence et Qualité : Mis à part le Deus Ex Machina de la fin que tu t'es imposé dû à un manque de fair play juste avant, rien à signaler niveau cohérence. Pas de grosbillisme, le perso est maîtrisé au poil de cul. Le vocabulaire est riche, varié, ce qui rend la lecture parfois un peu lourde (mais c'est ptet moi aussi qui suis pas réveillé :'D) mais en tout les cas fidèle au personnage que tu as tenté de nous décrire. A+


Note Finale : S-. Comme ils diraient dans Ze Vouace "je te veux". Le test est très bon.

Pour faire mon casse burnos, parce que je suis là pour ça, je te prierais juste de modérer tes accès d'humeurs (ta rage face à Echange Psy par exemple :p) et de faire attention sur la cb. Nous avons des jeunes sur le forum, il y a des sujets à éviter la journée ^^

C'est tout pour moi, à vous les studios.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hey, regarde !
Eria la Joliflor vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

PNJ - Pancake Non Joueur

PROFILMessages : 203
Date d'inscription : 05/08/2015
RPGHey ! Moi c'est Eria la Joliflor et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ? Ven 16 Sep - 13:36

Synthèse des notes :

Note du testeur : S-
Note de l'admin : A

Note finale : A+

Et c'est donc un OUI ! Le rôle t'es accordé, il ne te reste donc qu'à faire ta fiche pour être validé !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hey, regarde !
Contenu sponsorisé vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !



PROFIL
RPGHey ! Moi c'est Contenu sponsorisé et ici, je vais te parler un peu de


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ?

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi payer plus cher si Midas peut le faire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [AIDE POUR ACHAT]Compresseur + Aérographe
» Même en hiver, il peut faire chaud. [Pv.Trystan]
» Maisha ~ Pourquoi combattre alors que l'on peut évité ?
» Pourquoi gaspiller du papier quand on peut utiliser la technologie? Aileen
» [Punition] Le médecin à qui vous tirez la langue vous le fera payer très cher.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Sylphium ::  :: Gestion des personnages :: Cartes de dresseurs :: Célébrités et test de rp-