Erios... L'archipel aux climats variés a beau avoir l'air paradisiaque au premier coup d'oeil, la vérité est toute autre... tout n'est pas rose sous les cocotiers !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Acte III Scène ? (Stan è_é)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Hey, regarde !
Invité vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Invité

PROFIL
RPGHey ! Moi c'est Invité et ici, je vais te parler un peu de


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Acte III Scène ? (Stan è_é) Mer 21 Oct - 22:48


Ça y est, je commencais a m’accoutumer a l’uniforme. Je n’avais pas l’habitude de porter du aussi strict, mais cela ne me dérangeais pas non plus. Cependant en tant que nouvelle recrue, c’était toujours moi qui me tapais le boulot ingrat. Mais comme j’estimais que c’était une chance unique, j’ssayais de le prendre du bon coté. Par exemple, la covée de patate, ça me permettait de savoir ce qu’on allait manger a midi, ou d’améliorer mes skills d’épluchage de patate, et, de temps a autre, discrètement de pouvoir en filler une a Sherlock le Caninos, qui bavait somptueusement en le regardant faire.
Mais ce que j’adorais, s’était d’être de corvée d’archive. Car cela me permettais justement d’entrer au cœur de mes recherches, et je prenais un temps terrible pour les ranger, mais au moins elles n’étaient bien, rangées, et en plus je parvenais a saisir le dossier des couillons passés au tribunal récemment. Et parfois j’avais le droit d’aller fouiller dans les plus vieilles archives, et c’était ce jour, ou il n’y avait personne au commissariat, et ou je pouvais fouiner toute la journée dans les archives. Cependant je devais aussi les ranger, et les supérieurs avaient demandé a refaire les rangement par ordre de crime mais chronologique. C'est-à-dire tout les assassina de 1984 ensembles, puis les viols de 84 ensemble etc. J’étais donc tranquillement en train de déplacer les cartons d’un point A, c'est-à-dire les étagères ou ils étaient, jusqu’au sol ou ils s’entassaient par type de crime.
N’aimant pas particulièrement le silence, et Sherlock étant en train de dormir dans son coin, je lisais machinalement les entêtes des procès verbal. Ainsi ma voix monotone s’élevait dans le local tranquillement :

-Mr. Dupont est accusé de détournement d’argent. Avocat convoqué pour le plaidoyer : Maître Scerier. Résultat du procès : acquité… Mr. Blanc est accusé de blanchiment d’argent. Avocat convoqué pour le plaidoyer : Maître Scerier. Résultat du procès : acquité... Mlle. Johnson est accusée de racisme. Avocat convoqué pour le plaidoyer : Maître Noir. Résultat du procès : condamnée a un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende. Mr. Noir est accusé de corruption. Avocat convoqué pour le plaidoyer : Maître Scerier. Résultat du procès : acquité…

Je ne faisais pas vraiment attention a cela, cependant a moment donné je me rendit compte le nombre d’affaire avec ce scerier. Je mis une attention plus poussée quant a retenir le nom des bonhomme et pourquoi ils étaient là et enfin comment ça s’est fini. Après les heures que me pris ce rangement et qui me parurent plus longue que jamais vu que j’avais enfin une piste curieuse a suivre. Une fois que je pu m’installer devant l’ordinateur, je fis des recherches sur ce Stan Scerier, et j’en appris pas mal sur son passé, mais que dalle sur le présent, dalle d’autre qu’il était simplement un avocat de talent, et ou il habitait. Je notais tout cela sur un bout de papier, et reparti au travail.
Dès que j’eu une pause, je me rendis au tribunal, après m’être assuré que le Maître ne soit pas là, et partit tranquillement me renseigner sur lui, son attitude toussa. Une fois avoir interroger une bonne partie du tribunal, je retournais au bureau, me pencher un peu plus sur les cas de Mercet… Euh Scerier. Parmi ses clients, il y avait un dealer de drogue. Je devais aller voir, mais pas dans ma tenue de flic, c’était trop voyant. J’attendis donc la fin du service, et une fois que je pu récuperer mes fringues civiles, je partis dans les ruelles sombres a la recherche dudit dealer, dans l’espoir de lui mettre le crochet dessus et de pouvoir lui poser queelques question.


Dernière édition par Rodrigue Zwei le Mer 23 Mar - 21:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey, regarde !
Stan Scerier vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Lieutenant - The Deceiver

PROFILMessages : 103
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 26
RPGHey ! Moi c'est Stan Scerier et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Acte III Scène ? (Stan è_é) Dim 31 Jan - 23:39


J'étais en train de déguster l'un de ces alcools de Kalos, un peu fort mais doté d'un goût surprenament doux et puissant. Un véritable régal lorsqu'on sait doser sa consommation afin de profiter au mieux du goût sans craindre le retour de l'alcool. Snow était toujours proche de moi, installée sur son coussin, et profitait du feu qui crépitait encore dans la cheminée pour faire une sieste. Une fois de plus je ne pus qu'admirer la grâce de la silhouette de la Feunard, et la pureté de son pelage. La journée s'était révélée d'une platitude qui aurait été ennuyeuse si elle ne m'avait pas permis, pour un des rares moments dans ma vie, de prendre le temps de me ressourcer.

Tout du moins, jusqu'à présent. A partir du moment où j'ai entendu la sonnerie de mon téléphone, j'avais comprit que quelque chose se passait. Enfin, disons plutôt que je connais peu de gens qui m'appellent directement à une heure aussi tardive, et qu'il n'est pas dans leur habitude de m'apporter de bonnes nouvelles.

- Stan Scerier à l'appareil.

- Une flicaille a posé des questions sur toi.

- A qui ?

- Au parquet. Et à Hernando. Il...

- ... n'a rien dit de compromettant. C'est un homme fiable malgré son ... rôle. Mais je te remercie de me prévenir. Je vais prendre les dispositions nécessaires.

Je raccrochais en grognant. Hernando était effectivement un homme fiable malgré son travail de dealer. J'avais même pensé à l'intégrer à la team Ambrosia, mais mes liens avec lui étaient sans doute trop évidents. J'étais son avocat "attitré", à savoir que je le défendais toujours lorsqu'il avait des soucis au tribunal. Mais je préférais avoir la réputation d'être un avocat un peu verreux qui profite de l'argent d'un dealer, que d'un cerveau du crime qui utilisait et protégeait un dealer de quartier.

La question à présent allait être de savoir ce qui poussait ce policier à enquêter sur moi. Quels genres de soupçons il pouvait bien avoir. Sur quoi il avait mis le doigt. J'espérais que cette histoire n'aurait pas à aller trop loin ... j'allais sans doute devoir me débarrasser de lui si ce policier devenait trop envahissant. Coup monté ? Assassinat ? Non, l'assassinat serait trop dangereux, surtout maintenant qu'il avait commencé son enquête. Je ne pouvais pour l'instant qu'attendre de voir ce qu'il me voulait ... et donc me faire plus prudent encore que je ne l'étais déjà. j'étais persuadé que j'allais recevoir une visite d'ici un jour ou deux ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hey, regarde !
Invité vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Invité

PROFIL
RPGHey ! Moi c'est Invité et ici, je vais te parler un peu de


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Acte III Scène ? (Stan è_é) Lun 1 Fév - 19:02

Mon enquête n’avait rien donné, le dealer avait accepté de parler mais pas de ce que je voulais, et ça me faisais une raison pour le coffrer, mais a coté de cela, il n’avait pas laché un mot sur sa relation avec Scercier, ce qui m’ennuyais considérablement. J’étais trop jeune dans le metier, je n’avais pas toutes les ficelles dans mes accords, et je ne savais pas comment lui faire cracher le morceau, et je n’avais pas envie que mes supérieurs lui mettent le grappin dessus a ma place. Mais je devais me rendre a l’évidence, ce type savait des choses, mais il refusait de nous les dire. Alors que j’étais adosser a un mur du commisariat je soupirais dans mon café : parfois l’ère de la torture avait son bon…
Je regardais a nouveau le dossier de Scercier. J’avais tout regarder, toute sa vie, toute sa famille, ses connaissances, ses dernières affaires, ses collègues étaient inanimes a ce propos, il était clean et très méticuleux, ce qui lui permettait de gagner la pluaprt de ses affaires, grâce a son coup d’œil assuré sur les lieux du crime. Ou disons pas tout a fait, mais je m’étais compris. Cependant quelque chose me turlupinait : pourquoi est-ce que ce type se droguerait, et avec un dealeur de bas quartier, cela n’avait aucun sens, a son niveau de la société, il pourrait clairement avoir la meilleure des drogues juste en un claquement de doigt, et pourtant, il s’acopinait avec un dealeur de bas étage… Alors que j’étais en train de reflechir a cela, une curieuse idée me vint : s’il payait ce type, cela se verrait sur ses comptes, et s’il ne le faisait pas, il y aurait un problème, car c’est bien une chose que je savais : la drogue c’est cher. Et si ce cher Scercier es dépendant, ça doit lui couter très cher. Et il doit avoir une trace quelque part.
Je terminais mon café d’une traite, et rentrais chez moi : ce soir, je ne pouvais plus rien faire, surtout que je n’étais plus en service depuis a peu prêt deux heures.
Cette histoire de compte banquaire me fascinait tellement, que je n’en dormis pas de la nuit (ou bien était-ce le café, qu’en savais-je…) et que j’avais l’impression d’avoir trouvé un filon d’or. Mais s’il fallait, il aurait très bien pu cacher parfaitement ses comptes. Mais a ce que je savais en Erios, il n’y avait pas de compte caché, tout les comptes avaient des noms. C’est donc le moral au plus haut que je revins sur mon lieu de travail, ou je ne tardais pas a apprendre que le dealeur s’était fait la malle après mon départ hier. Même si a mon avis, quelqu’un l’avait aidé a s’enfuir. Enfin, ce n’était pas ma juridiction, et si vraiment cela m’aurait embêter, je n’aurais qu’a eu lancer un raid, maintenant que j’étais inspecteur, dans les rues pour l’attraper.
Une fois de retour devant mon ordinateur, j’envoyais un mails aux différentes banques afin d’avoir le relevé banquaire du monsieur. Je reçu des réponses dans la journée, pendant ma pause a midi, si vous voulez savoir, et je m’appliquais toute l’après midi, a planquer sur ces feuilles. De prime abord rien de bien intéressant là dedans, cependant l’absence de crédit en tout genre et de loyer me faisais un peu baver, moi aussi j’aurai voulu ne rien avoir a payer du tout… Enfin. Tout était normal, son salaire d’avocat entrait tout les mois… Pardon ? Je me penchais un peu plus sur cette ligne parmi les autres : quelqu’un le payait pour être l’avocat a temps plein… Mmmh, intéressant, mais continuons les recherches. Après quelques heures a me demander qui était cette personne qui le payait, je constatais quelque chose : des lignes avaient été supprimées, car visiblement sur ses comptes il avait moins d’argent que ce que les relevés montrait. Et cela voulait dire qu’il avait tranferer ces sous quelques part ailleurs. Mais pourquoi les enlever ? Mah, tout ça c’était pas clair.
Après quelques seconde je pris le temps d’appeler la banque, pour lui demander des éclaircissement, tout en faisant reluir ma plaque de policier. La banque m’expliqua que Monsieur faisait des virement tout les mois a date fixe a un autre compte, et elle me donna le numéro plus facilement que ce a quoi je m’étais attendu. Après la nouvelle vague de mail que j’envoyais, je me retrouvais a n’avoir aucune réponse : ce numéro de banque n’existait pas en Centralis. Parfait, cherchons ailleurs, alors. J’étendis mes recherches aux deux autres régions, et finalement, alors que je m’attendais a devoir chercher dans les autres grandes régions,  la dernière ligne, la toute dernière attira mon attention, située dans la région de Sinnoh.
C’était un compte ouvert depuis quelques temps maintenant, dont le propriétaire était un certain « Dick Hyver » Bien entendu, venant de la terre, ducoup je ne le prononcait « Dictateur » ou a peu prêt, je savais encore lire, heureusement. Je me penchais sur cette ligne, et demandait le relevé. Encore une fois je me heurtais a des barrières, mais a nouveau ma plaque parvint a m’aider. Je comparais donc les deux comptes, et il y avait de curieuses chose : tout d’abord il n’y avait pas de mouvement sur ce compte, sûrement que c’était un compte d’épargne. Mais surtout… Les montants et les dates coincidaient l’un avec l’autre.

-Hey, Zwei, rentre chez toi, je veux fermer !
-Oh, pardon !

Toute cette histoire m’avait tellement obnibuler, que j’en avais oublié l’heure. Après quelques secondes, le temps de réunir les papiers sur lesquels j’allais encore travailler ce soir, j’étais en train de descendre l’ascenseur, drapé sous ma cape. Tout en sifflotant, content de mes découvertes qui m’avaient tout de mêem pris toute la journée, je m’engageais sur la route mouillée. Il avait sûrement plu dans la journée, et même si le ciel noir et menacant était toujours là, l’air était pour l’instant dépourvu d’eau, et j’espérait qu’il allait être clément jusqu’à ce que je rentre chez moi…
La pluie se mit a tomber juste au moment ou je m'enfermais dans le hall de mon appartement. Et c'était une pluie épaisse, poisseuse, qui faisait retomber toute la pollution. Une pluie collante et qui puait. J'étais bien content de vivre plutôt haut dans l'immeuble. Je montais donc dans l'ascenceur tranquillement, et pris quelques seconde pour me détailler dans le miroir : les cheveux longs, le rasage pas a jour, le regard fatigué, les joues creusées. Je devais me calmer un peu, sans quoi j'allais y passer. Je décidais de travailler "un peu" sur ce dossier, puis je me ferais a manger. Et je me tins a cette décision. Pendant deux heures et demi je travaillais sur mes quelques feuilles, essayant de comprendre les abréviations de la banque. Ensuite, je me fis a manger, des hamburgers maisons, et je passais dix minutes a attendre que l'alarme incendie ne cesse, puis une fois le ventre plein, je me collait devant un livre, sous lequel je m'endormis tranquillement. Ce n'est que le lendemain, quand j'entendis le camion poubelle que je m'éveillais en sursaut. Je virais le livre qui avait passé la nuit là, et me redressais. Finalement dans mes rêves j'étais arrivé a une conclusion : si je voulais savoir la raison de ces virements, je devais voir l'avocat.
Je m'habillais donc, me rasais. Je ne travaillais pas aujourd'hui, mais cela ne m'empêcha pas de me glisser dans mon uniforme de flic, pris Altaïr et mon pistolet de service, menotte, tout mon fatras quoi, puis je quittais mon appartement, tout en envoyant un message a Linus :

"-J'ai très envie d'essayer mes nouvelles menottes ce soir, cela te tente ? Chez moi, je n'ai pas les moyens de t'inviter dans un hotel de luxe, moi !"

Le message envoyé, je rangeais le telephone dans ma poche arrière, et hélais un taxi : Direction chez monsieur Scercier ! en une dizaine de minute, parce que le trafic était fluide, j'étais devant l'imposant manoir. Je soupirais, et m'approchais a la porte, a laquelle je frappais en hurlant comme j'en avais l'habitude :

-Police ! J'ai quelques questions a vous poser si vous le voulez bien ! Ouvrez moi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey, regarde !
Stan Scerier vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Lieutenant - The Deceiver

PROFILMessages : 103
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 26
RPGHey ! Moi c'est Stan Scerier et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Acte III Scène ? (Stan è_é) Jeu 31 Mar - 18:25

- Police ! J'ai quelques questions a vous poser si vous le voulez bien ! Ouvrez moi.

Je lâchais un soupir de dépit. Le calme, c'était pas pour aujourd'hui, évidemment.Je jetais un regard un peu énervé à Alfred qui était en train de ranger la bibliothèque. Quelques secondes après, je finis par m'éclaircir la gorge et le majordome en "formation" me jeta un regard apeuré, visiblement encore un minimum choqué de son "dressage". Il faut avouer que je n'y avais pas été de main-morte, mais j'avais tué dans l’œuf toute velléité de révolte ou de retourner auprès de son propre dresseur. Il ne lui restait plus qu'à apprendre à bien tenir le manoir. Et là, il y avait autrement plus de travail.

- Alfred, va ouvrir et amène notre visiteur ici. Tu prendra son manteau et tu le poseras sur le porte-manteau dans l'entrée. Allez !

Snow poussa un petit grondement de désapprobation, s'étirant et cherchant une nouvelle position pour profiter de la chaleur de la cheminée et du confort de son coussin. La Dame Blanche agita distraitement une oreille en entendant le Nanméouïe quitter enfin la pièce. Pour ma part j'en profitais pour faire un peu de place sur mon bureau, un léger sourire venant s'opposer à ma contrariété. Les questions qui trottaient dans ma tête allaient enfin trouver une réponse : qu’est-ce que cette flicaille cherchait, qu'est-ce qu'il avait trouvé ? Était-il dangereux, et si oui, comment allais-je bien pouvoir m'en débarrasser ? je me renfonçai ensuite dans mon fauteuil de cuir, jetant un œil au harnais que portait Snow. Il était rare qu'elle porte sa méga-gemme au manoir, mais sachant que j'allais recevoir de la visite, j'avais insisté pour qu'elle le garde aujourd'hui, juste au cas où. C'était sans doute une raison à sa mauvaise humeur d'ailleurs, outre le fait que mon petit sermon à Alfred l'avait réveillée.

Le bruit des pas de mon "invité" se fit entendre, et Alfred ouvrit la porte pour le laisser entrer. Au moins il avait retenu comment tenir la porte, c'était un bon point. je détaillais rapidement le nouvel arrivant : rien à dire sur l'uniforme, sinon qu'il n'était pas entretenu avec le plus grand soin ... loin s'en faut. Mais bon, au moins était-il propre. Cheveux longs, barbe rasée de frais ... oui, il avait l'air assez atypique celui-là, loin du classique semi-militaire accompagné de son chien. C'était à la fois rafraîchissant et inquiétant, de fait. Je ne laissais toutefois rien paraître de ces réflexions, et désignai le siège face à mon bureau à l' importun mon hôte.

- Je vous en prie, prenez votre aise. Vous devez le savoir, mais je suis maître Scerier, avocat à la cour. Je ne me rappelle pas avoir déjà eu le plaisir de travailler avec vous, Mr ... ? Je le laissais donner son nom, avant de continuer. Et bien, j'ai cru comprendre que vous vouliez que je vous aide dans une enquête ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hey, regarde !
Invité vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Invité

PROFIL
RPGHey ! Moi c'est Invité et ici, je vais te parler un peu de


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Acte III Scène ? (Stan è_é) Jeu 31 Mar - 19:12

J’étais tout de même conscient de ce que je faisais : je me jetais probablement dans l’antre d’un baron de la drogue, et j’étais anxieux : je ne savais pas comment j’allais gerer cette situation, et même si elle ne dérappait pas maintenant, j’avais l’impression qu’elle finirait par exploser d’une manière ou d’une autre, car après tout, je savais qu’il y avait des pot-au-vin dans la police, et pour peu qu’il ait mis le grapin sur mes supérieurs, j’allais avboir des problème pour continuer mon enquète. C’était aussi pour cette raison que j’avais plus ou moins tout fait sans informer qui que ce soit.
Voyant que l’homme mettait du temps a venir, je déployais le système que j’avais mis au point pour pénétrer de force dans la maison d’un suspect : je sortis les deux Absol ainsi que Sans, qui se contentait de flotter derrière tout le monde. Cependant, alors que je me poussais pour laisser les deux bêtes faire leurs affaires, la porte s’ouvrit timidement sur un Nanméouie, qui me regarda longuement, avant de se pousser, et de m’inviter a entrer. Timidement, en rappelant le spectre, je pénétrais dans l’entrée. Je me rendis compte, a la façon d’agir du Pokémon, qu’il y avait quelque chose qui clochait. Je ne pouvais pas savoir exactement ce qu’il se passait, mais le Pokémon tremblait légèrement, je le voyais dans sa patte tendue, et son regard semblait éteint. C’était mon expérience dans l’élevage qui me le fit savoir, et je froncais les sourcils, tout en faisant signe au Pokémon que je n’avais rien a lui donner, vu que je n’avais pas de manteau sur le dos malgré la fraicheur extérieure.
Le Pokémon ne tarda pas ensuite a ouvrir la marche, et je pris ce temps pour observer sa façon de faire : il avait le pas léger, mais c’était un pas tout aussi étrange. Maintenant c’était sur, il se passait quelque chose dans ce manoir. D’un coup d’œil discret, je captais l’attention des deux Pokémons qui m’escortaient, et leurs demandaient d’être vigillents. Les deux s’approchèrent de moi, et m’encadrèrent étroitement. Une fois devant la porte, le Pokémon dû sauter pour saisir la poignet, qui s’abaissa, et la porte s’ouvrit, alors que la bête retournait sur le sol souplement. Je saluais l’adresse du Pokémon pour effectuer des taches humaines, mais je me demandais ce que ça avait coûté a la bête, afin d’apprendre cela, car il était clair que cela n’avait pas été un dressage doux. Dans un geste afin de me rassurer, j’effleurais les poils d’Apollon sur le haut de sa tête, et le Pokémon leva la tête, afin de sentir l’odeur de la pièce qui s’offrait a nous.
Il s’agissait d’un bureau traditionnel, avec le meuble du même nom, une cheminée devant laquelle il y avait un magnifique feunard blanc dont le pelage luisait a la lumière du feu contre lequel il était allongé, ainsi qu’une bibliothèque. Artémis grogna légèrement, en voyant le Pokémon, et je compris qu’il s’agissait d’une femelle. D’un doux « chhut » le Pokémon cessa, et se colla encore a moi, sûrement que la différence de puissance était palpable sans que le combat n’ait necessairement besoin d’avoir lieu. Je m’approchais du bureau, et regardais mon vis-à-vis : il s’agissait d’un homme blond, le type de jeune prodige ayant hérité d’une entreprise paternelle tôt, avec quelques boucles d’or pur visiblement, pendue aux oreilles, qui lui donnaient un air oriental. Pas particulièrement bronzé, il aurait pu être complètement d’origine orientale. Il portait une chemise cendrée sur un veston noir, qui lui seyaient bien.
Je m’assis, après qu’il m’eut invité et le laissa parler. Il commença courtoisement a me demander mon nom, et je répondis simplement un « Zwei » qui lui permit de continuer a parler. Il ne tarda pas a me demander ce que je voulais et je lui répondit alors, tout en plongeant mon regard cramoisi dans le sien carmin :

-Eh bien j’ai constaté que vous faisiez des virements régulièrement a un certain Dick Hyver. Cependant j’ai regardé ces compte, et il n’y a aucun mouvement, pas de retrait, seulement des dépôt, j'ai de forte conviction que cet argent que vous virez dessus ets issus d'un trafic illégal, je voudrais savoir quelles sont vos relation avec ce Dick Hyver. De plus, j’ai constaté votre réussite professionnelle, sur toutes les affaires en lien avec Maître Clairegard, dans les six dernier mois, vous n’avez pas perdu un seul procès, dont je soupçonne l'obscurissement du jugement suite a des soudoiement. Enfin j’aimerai soumettre votre Pokémon, le Nanméouie a un examen physique et psychologique, car j’ai remarqué des choses anormales au niveau de son comportement. Sachez que si je formule toute ses menaces c'est car j'ai de bonne raisons de croire que vous êtes lié a ceci, et que j'ai des preuves pour prouver mes propos.

Je m’avançais carrément, s’il fallait je rêvais complètement, et le Pokémon allait bien, mais je ne pouvais pas ignorer les signes que j’avais vu, et si l’homme était clean, il se plierait a mes propos, s’il ne l’était pas, cela me donnait une nouvelle « chance » de pouvoir l’amener derrière la barre des accusés. A ma droite, me séparant du Pokémon feu Apollon était resté debout, regardant Stan de son regard pourpre, alors qu’Artémis s’était couchée sous ma chaise, fixant de son regard cyan le Pokémon feu qu’elle trouvait menaçante.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hey, regarde !
Stan Scerier vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Lieutenant - The Deceiver

PROFILMessages : 103
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 26
RPGHey ! Moi c'est Stan Scerier et ici, je vais te parler un peu de
Mon personnage
Classe: Aucune
Equipe:


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Acte III Scène ? (Stan è_é) Lun 23 Mai - 14:14

Je tiquai légèrement. Plus que les menaces et les mises au jour d'une partie de mes activités, c'était l'aplomb et le manque de subtilité de l'homme qui m’horrifiaient. Qu'un bouseux de la sorte puisse me mettre aussi aisément à jour était une tare flagrante dans mes dispositions pour rester discret. Avec de la chance, il n'avait parlé à personne de ses soupçons ... c'était même certain, sinon j'aurai une escouade de police autour de chez moi, puisqu'il prétendait avoir des preuves. Je ne pouvais pas courir le risque de le voir repartir d'ici et continuer ses recherches. Une fois qu'il eu finit de parler, je me saisis de mon verre, échangeant furtivement un regard avec Snow : le message était passé.

- Ce sont là de graves accusations. Maltraitance envers pokémon, corruption, revente de produits illicites, détournement de fonds ... Je ne vois pas en quoi j'aurais un intérêt quelconque à pratiquer ce genre d'activités en vérité, j'ai largement de quoi subvenir à mes besoins. Si vous avez effectivement des preuves, j'aimerais pouvoir les consulter ...


Pendant que je parlais, Snow profitait que la femelle Absol la regardait dans les yeux pour l'hypnotiser, avant de lancer une séduction sur le mâle. Neutralisation discrète et sans violence, mais il faudrait faire vite temps que la confusion liée à l'amour empêchait l'Absol d'agir. Snow lançant un aboiement en direction d' Alfred, qui n'eut d'autre choix que de s'exécuter. Une violente ecras'face s'abattit sur la nuque du policier avant qu'il ne comprenne même ce qui se passait, le mettant K.O alors que je feignais la surprise et la peur. Avec un peu de chance il penserait qu'une tierce personne s'était introduite dans le manoir.

Je profitais de la situation pour sauter par-dessus le bureau tout en dégainant mon arme de façon fluide, l'appuyant contre la nuque du policier, avant de jeter un regard qui n'avait plus rien d'avenant à l'Absol qui n'était pas endormit.

-Je te déconseille de tenter quoique ce soit, je n'ai pas l'intention de le tuer si tu te tiens à carreau. Nous allons simplement ... faire un petit voyage.

-~-~-~-~-~-~-~-~-~-~-~-~-~-~-~-~

De lourdes chaînes reliaient les chevilles de l'homme à un mur, de même que ses poignets qui étaient, en plus, liés entre eux dans son dos. Il avait gardé son uniforme et les attaches avaient été rembourrées pour ne pas le blesser malgré leur poids, et les chaînes étaient assez longues pour lui permettre de se déplacer dans la pièce exigüe. En revanche, il ne lui restait ni pokémon, ni arme d'aucune sorte, juste son uniforme en guise de vêtements. Mais il n'est pas seul dans la pièce : un autre homme, habillé avec élégance, se trouve dans la même situation que lui, ses cheveux blonds cachant son visage.

La porte s'ouvre sur une silhouette encapuchonnée :

-Messieurs, j'ai quelques questions à vous poser ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hey, regarde !
Invité vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !

Invité

PROFIL
RPGHey ! Moi c'est Invité et ici, je vais te parler un peu de


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Acte III Scène ? (Stan è_é) Mer 25 Mai - 13:21

Alors que je débitait mes accusations a vitesse grand V je m’enfoncais légèrement dans mon siège. Une fois que l’homme commença a parler, je pris plus d’assurance : je n’avais jamais parlé de maltraitance, j’avais juste dit un examen psychologique. Il venait de me donner la preuve de ce que j’avancais : le Pokémon était réellement en danger. Même raisonnement pour la revente de produit illicite, même si je l’avais largement sous entendu,je n’avais jamais parlé de cela clairement, après tout il existe de nombre trafic illégal, organes, Pokémons, humains etc. Mes soupçons étaient fondés et l’assurance devait maintenant se lire sur mon visage. Evidemment je ne prêtait aucune attention a mes Pokémons, et ne sentait pas les crocs de ce pièges se refermer sur moi.
Quand l’aboiement résonne, je me redresse, sous le coup d’un impulsion que je ne maîtrisais pas, et avant que je ne comprenne, quelque chose de lourd s’abattit sur moi, et me sonna. Je ne tardais pas a sentir mon corps devenir guimauve, et doucement, essayant de me rattraper au bureau, jefinis par couler sur le sol, inconscient, ayant cependant noté la terreur sur le visage de l’homme. Une fois la lame me menacant, Apollon, qui était en train de lutter contre l’amour, en sesouant sa tête, finit par se focaliser sur l’homme, et commença a grogner. Seulement a grogner, ne pouvant rien faire de plus, et il ne cessa pas, malgré les propos. Même s’il se laissa faire, ayant peur pour moi, il ne montra pas la moindre servilité vis-à-vis au blond.

Quelques heures plus tard, je revenait a moi. La faible lumière de la zone facilita mon éveil. Cependant je remarquais très vite que j’étais assis sur le sol, les jambes étendues devant moi, sur un sol de pierre noire. Après quelques seconde, alors que je ramenais un pied contre moi, terminant de m’éveiller, j’entendis le raclement des chaines et tout en essayant de bouger mes mains derrière moi, je grognais, et ne parvins a rien d’autre que faire teinter ces damnées chaines. Une fois complètement éveillé, j’étendis mon champ de vision, pour voir l’homme, avec qui je m’entretenais tout a l’heure, allongé sur le sol, les cheveux couverts de terre. Je grognais, avant de prendre appuit sur le mur, pour me remettre sur mes pieds. Le monde tourna un peu, mais restant collé contre la parois, je parvins a rester debout. C’est alors que je me décollais, et regardais jusqu’ou je pouvais aller avec mes chaines. Si j’avais eu les mains attachées devant j’aurais pu magouiller, essayer de me détacher, mais je n’étais pas de ces gens prêt a toutes les situations : je n’avais pas dépingle a nourrice dans mes semelles, ou de couteau dans le creux du dos. Tout reposait sur mes Pokémons, et evidemment, ils n’étaient plus là.
La porte s’ouvrit, et alors qu’un homme s’approcha. Je m’approchais agressivement de lui, retenu in extremis par les chaines, sans quoi le coup de tete partait sans attendre. Limité dans mes mouvements, mais la colère gonflant mes veines, je me mis a l’agresser vocalement :

-Liberez moi et rendez moi mes Pokémons, vous n’obtiendrez rien en me gardant ici ! Ni informations ni quoi que ce soit ! De plus vous détenez un agent fédéral, c’est une faute passible de la peine la plus forte. Si vous me liberez maintenant vous avez encore une chance de vous en sortir avec le minimum pénal !

Je tirais sur mes chaines comme si je pouvais les arracher du mur, mes mains écartées de mon dos autant que mes épaules me le permettait. Mon torse penchait en avant, mes cheveux dégoulinant de chaque côté de mon visage, et une moue plus que furax sur mes traits. Si j’avais occulté l’autre captif ? Carrément. Pour le moment je n’avais aucune envie d’aider ce trafiquant a se sortir de là.  Et j’étais prêt a tout, a mordre, a frapper avec ma tête, je ne comptais pas laisser ce type me toucher. J’en avais assez souffert des types qui veulent ma peau, dans les tréfonds du temple qui m’était tombé dessus, je ne comptais pas me laisser faire, d’autant plus que cette fois, il n’y avait que ma peau a sauver, je n’avais pas d’ami sur qui veiller… Quoi que je n’avais pas veiller plus que ça sur lui et je me demandais même si ce n’était pas lui qui veillait sur moi, en fin de compte.
Quoi qu’il en soit, je n’étais pas prêt a cooperer.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, regarde !
Contenu sponsorisé vient d'apparaître ! Balance les Pokéballs !



PROFIL
RPGHey ! Moi c'est Contenu sponsorisé et ici, je vais te parler un peu de


Pokémon Sylphium


MessageSujet: Re: Acte III Scène ? (Stan è_é)

Revenir en haut Aller en bas

Acte III Scène ? (Stan è_é)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Trevor & Riley | Acte 1, scène 2
» Acte III Scène II
» Répétition et Mise en scène - Morgan Ciallmhar (Rp)
» è_é
» Fin de l'acte et passage en beta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Sylphium ::  :: La Capitale :: Bas-quartier-